browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Script-quizz n°06

Publié par le 14 avril 2016

 

Salut à toutes, tous.

La littérature qu’on se délecte à lire est aussi la matière première de tous les films, téléfilms et séries que nous aimons à mater. Même s’il ne s’agit pas de l’adaptation d’un bouquin mais d’une oeuvre originale, derrière chaque thème, chaque séquence, dans certains cas chaque plan, le travail de base est celui d’un écrivain. Eh ouais, un gadjo tout seul avec ses clopes et sa boutanche devant sa ch’tite machine…

Trouvez ci-dessous un bout de scénario. A vous de deviner de quel film il est extrait…

 

EXT Jour, paysage de collines

Panoramique

Le 7ème de cavalerie en marche. A sa tête, le général Custer en flamboyante veste jaune, large chapeau assorti et longue écharpe rouge. Parmi les cavaliers, indistinct dans la poussière soulevée par les chevaux, on reconnaît Jack Crabb, éclaireur « scout » en civil.

Jack Crabb vieux (voix off) :
La haine de Custer pour les Indiens et son ambition s’étaient mélangées en lui. Il croyait avoir besoin d’une nouvelle victoire sur les Indiens pour être candidat à la présidence des Etats-Unis. C’est un fait historique établi…

 

EXT Jour, collines

Panoramique

Custer lève le bras, arrêtant la colonne.

Custer :
Cavaliers, halte !

 

EXT Jour, collines

Plan large

Custer, un colonel et un jeune lieutenant descendent de cheval.

Custer :
Nous allons nous rafraîchir. De l’eau seulement !

 

EXT Jour, collines

Panoramique

La colonne met pied à terre.

Sous-officiers :
Pied à terre ! Pause pour boire !

 

EXT jour, collines

Plan large

Alignés coude à coude, Custer, Colonel et Lieutenant boivent à des gourdes.

 

EXT Jour, collines

Plan rapproché

Custer renverse la tête et se gargarise bruyamment. Colonel et Lieutenant sont surpris. A la fin de son gargarisme, Custer recrache l’eau sur les bottes du lieutenant.

Custer :
Oh, excusez-moi, Lieutenant… C’est le célibat du cavalier. J’ai eu des spasmes musculaires toute la nuit. Le poison des gonades…

Lieutenant :
Poison des quoi, Général ?

Custer :
Les gonades. Terminologie médicale.

Colonel :
Général, il est de mon devoir de vous aver…

Sans écouter, Custer renverse la tête et se gargarise de nouveau bruyamment. Le colonel s’interrompt, jette un regard fatigué au lieutenant et se détourne pour accrocher sa gourde à sa selle. Custer crache.

Custer (professoral) :
Le poison monte des gonades et se répand dans les muscles…

 

EXT jour, collines

Panoramique

La colonne à l’arrêt. On entend Custer se gargariser, alors qu’un cavalier approche.



EXT jour, collines

Plan rapproché

Le cavalier, un sergent poussiéreux, s’arrête devant les trois officiers.

Sergent :
Mon général, les éclaireurs Crow veulent savoir si vous allez descendre la Coulée de Medecine Tail.

Custer (ironique) :
Ooooh, ils veulent savoir ça, hein ?

Sergent :
Oui, mon général. Ils le veulent. Ils réclament d’avoir le temps de chanter leur chant de mort.

Custer (haussant le ton) :
Dites à vos Crow que ce sont des femmes !

Bref plan sur un piton rocheux proche, au sommet duquel est assis Jack Crabb, les éclaireurs Crow derrière lui.

Colonel (inquiet) :
Mon général, si l’ennemi vient par derrière et qu’ils nous attendent en bas, nous serons pris au piège. On ne sortira jamais d’ici.

Custer (bouffonnant) :
Des ennemis derrière nous ? Je ne vois aucun ennemi derrière nous. Voyez-vous des ennemis derrière nous ?

Colonel :
Rien pour l’instant, mais…

Custer :
Alors… Alors… Alors cessez d’essayer de changer une décision de Custer.

Custer, suivi du Colonel commence d’escalader le piton au somment duquel se trouve Jack Crabb.

Colonel (insistant) :
Mais ne serait-ce pas mieux d’envoyer une patrouille dans la coulée de la Medecine Tail ?

Custer :
Non. Ça ne le serait pas.

Colonel :
Puis-je demander pourquoi ?

Custer s’arrête au pied du piton.

Custer :
Parce que cela nous ôterait l’effet de surprise.

Colonel (incrédule) :
Surprise ? Ils savent que nous sommes là, Général !

Custer :
Oui, mais ils ignorent que l’attaque sera impitoyable.

Colonel :
Mais… Général, ça, ce n’est pas une surprise !

Custer :
Mais si. Rien dans ce monde n’est plus surprenant qu’une attaque sans pitié.

Le colonel hésite un instant puis rectifie la position.

Colonel :
Mon général… Mon général, je dois protester contre cette décision impétueuse.

Custer soupire, excédé.

Plan sur Jack Crabb.

Custer :
Une décision de Custer, impétueuse ? (il hurle) Grant m’a traité d’impétueux, lui aussi ! Cet ivrogne, logé à la Maison-Blanche, me traiter d’impétueux !

Colonel (suppliant) :
Mon général, je vous implore de réfléchir à deux fois… pensez à la vie des hommes qui dépendent de vous.

Custer réfléchit un instant, puis se tourne vers Jack.

Custer :
Et toi, muletier, que penses-tu que je devrais faire ?

Colonel (révolté) :
Mais cet homme n’y connaît rien !

Custer (l’ignorant) :
Qu’est-ce que tu en dis, muletier ? Dois-je m’engager dans la coulée, ou bien battre en retraite ?

Plan sur Jack, immobile.

Jack Crabb vieux (voix off) :
Je le tenais. Mais cette fois, ce n’était pas un couteau que j’avais en main, mais la vérité…

Custer :
Eh bien ? Ta réponse, muletier ?

Jack :
Mon général… Vous allez par là en bas.

Custer :
Tu me conseilles de descendre dans la Coulée ?

Jack :
Oui, mon général.

Custer :
Et bien sûr, il n’y a pas d’Indiens en bas, je suppose ?

Jack :
Je n’ai pas dit ça. Il y a des milliers d’Indiens en bas. Et quand ils en auront fini avec vous, il ne restera rien que des taches de graisse. Ce n’est pas la rivière Washita, mon général. Ce ne sont pas des femmes et des enfants sans défense qui vous attendent, mais des braves guerriers cheyenne et des Sioux. Allez donc dans la Coulée, puisque vous êtes si courageux !

Gros plan sur Custer.

Custer :
Tu essaies encore de me piéger, hein, muletier ?… Tu veux que je croie que tu ne veux pas que je descende dans la Coulée, mais la vérité, c’est que tu veux vraiment que je ne descende pas dans la Coulée !

Il éclate d’un rire satisfait, puis, au colonel :

Alors, rassuré, Colonel ?

Gros plan sur Jack, qui sourit.

 

EXT Jour, collines.

Custer rejoint son cheval et monte en selle.

Custer (criant) :
Hommes du Septième, l’heure de la victoire a sonné ! En selle ! En route pour Little Bighorn !
Et pour la gloire !

Il éperonne son cheval.

La colonne s’ébranle à sa suite.

CUT

(A suivre)

 

 

Bouquin-quizz n°43
Bouquin-quizz n°44

4 Responses to Script-quizz n°06

  1. LECHAUVE Dominique

    bonjour à tous, un western, je n’en ai pas vu beaucoup , mais celui là je me souviens car les indiens ne sont pas systématiquement des sauvages incultes. Je pense que c’est Little big Man .

  2. Alekos

    C est un beau jour pour mourir, little big man.

  3. Oliv'

    Bravi, je n’aurais pas trouvé, sacré Dominique toujours le roi du clairon, hé hé !
    Un grand rôle pour Dustin, une fresque historique..
    Moi il m’a le plus bluffé quand j’ai vu « Lenny » dans lequel il interprète Lenny Bruce, comique américain politiquement incorrect et dérangeant le pouvoir de l’époque, un genre de Coluche avant l’heure. Dustin Hoffman est tout simplement époustouflant dans ce rôle sombre malgré la dimension comique du personnage, du très grand art – pour moi il gagne là sa place au top ten des meilleurs acteurs de tous les temps, carrément. ( bon, ça n’engage que moi, hein…)
    Salut les vieux Gars !

  4. Thierry Poncet

    C’est ça. Little Big Man, réalisé par Arthur Penn en 1970, avec l’immense petit Dustin Hoffman et la sublime Faye Dunaway, qui avait été la Bonnie du Bonnie And Clyde du même réalisateur trois ans plus tôt. Richard Mulligan, qui campe un Custer à pleurer de rire, ne fera par la suite qu’une carrière discrète dans des panouilles TV du genre de La Croisière S’Amuse.

    Dans le rôle de l’étudiant qui interviewe Jack Crabb dans son hospice, on reconnaît à peine un tout jeune William Hickey, qui n’atteindra la notoriété que très vieux, avec le rôle du parrain dans L’Honneur Des Prizzi et du moine Ubertin de Casale dans Le Nom De La Rose de J.J. Annaud.

    Le secénario de Little Big Man, écrit par Calder Willingham, collaborateur régulier de Stanley Kubrick, est tiré d’un merveilleux roman : Mémoires D’Un Visage Pâle, de Thomas Berger, 1965, que j’ai en Poche, dans une traduction de France-Marie Watkins.
    Si vous nel’avez pas lu et que vous tombez dessus, ne manquez pas de le lire, c’est de la balle !

    Prochain Script-Quizz dans 15 jours, m’sieurs dames…