browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

ANGOLA

Publié par le 2 février 2014

ANNIVERSAIRE

 

Luanda sous ton ciel immense
Carcasse
De ciment que la chaleur assassine
Vaisseau échoué
Au bord de l’océan immense
La ville de guerre
Parole : la ville de ruines

Pas d’aurore, jamais.
T’a la nuit tiède. Visqueuse.
Le ciel bleu d’encre.
Uni.
Profond – C’est beau.
Ça ne dure rien,
Un soupir.
L’instant d’après, le premier éclat de l’aube
C’est une brûlure.

Pas d’électricité.
Le ventilateur immobile au plafond.
La piaule de bois étouffante.
L’air dense sous la moustiquaire.
La bouteille et des cannettes par terre.
Sueur.
La joue sur le flingue qu’il a dormi le Hobo.

Il a joué à sucer le canon, balle engagée.

Pas tiré, ne se souvient plus pourquoi.
Bon anniversaire.
« Putain trente ans », le Hobo il se dit.

Pas de flotte.
Les deux putes se sont levées avant l’aube.
Se sont lavé le con.
N’ont laissé qu’un fond de seau.
Pas lavé. Pas rasé. Pas mort.
La gueule de bois, bien en biais.
Gagné !

Y’a une fente entre deux lattes du plancher.
C’est là qu’on pisse.
Ça tombe sous la baraque.
Pour chier, faut faire comme les autres.
Trouver un terrain vague,
Un arrière de mur.
Le Hobo il urine, accroupi.
Il pense.
Trente ans…
Depuis le temps qu’il devrait être mort.
« Bon anniversaire, putain… »
Le Hobo il se souhaite.

Plus rien dans la bouteille, bon anniversaire.
Des dollars dans les poches.
Deux, trois billets de 50.
Des 10. Des 20. Ça pourra aller.
Le flingue dans la ceinture, la veste par-dessus.
Paré.

Le Hobo il trouve un bar dans la ruelle.
Quatre tables neuves devant une
Cabane
De bois et de ferraille,
Le toit une bâche de plastique bleu.
Le Hobo il s’assoit.
« Cerveja, de la bière. » il demande.

La serveuse c’est une petite fille
Au tricot déchiré.
Elle accourt en roulant.
Roulant.
Roulant, parole !
A chaque pas elle oscille, métronome.
Baling, balang, comme ces jouets
Qui font la
Culbute
Et reviennent toujours à la verticale.

A la table voisine,
Quatre mecs mangent du mouton.
Des soldats, tous.
Haillons d’uniformes
Déchirés sur les peaux noires.
AK 47 posés à côté d’eux.
Grands types.
Furtifs.
Gueules en angles et en pointes.
Sourires vides sur dents gâtées.
Petits yeux sournois qui
Scrutent
Les alentours.

« Mas outra, une autre bière !»
Le Hobo il commande.

La gamine elle revient.
Jolie. Visage en boule. Yeux
Gentils.
Des perles à al place des dents.
Son vieux tricot c’est un cadeau
D’une organisation de charité.

Ses couettes se balancent à chacun de ses pas.

Baling… Balang…

C’est qu’elle boite,
Cette marmotte à moitié nue.
Son pied gauche, il est en
Plastique
Lisse
Sans orteils.

Il est un peu trop grand pour elle.
C’est ça qui la force,
Baling, balang,
A une culbute à chaque pas.

Bière brûlante.
Un jet d’acide.
« Bon anniversaire. »
Le Hobo il se dit.

 

Retour

NICARAGUA

Laisser un commentaire