browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

NICARAGUA

Publié par le 9 février 2014

INCENDIE

 

Mille neuf cent
Quatre-vingt onze – Managua
Vieille gonzesse à sec – asséchée
A flanc
Par la guerre
Le soleil
Incessant

« Y’a des bébés rôtis ! un mec il crie,
Bordel y’a des enfants cramés plein la baraque ! »

Ne restent plus que les murs.
Avec des grandes traces de suie dessus
comme des vagues furieuses.
Des moignons de bois brûlé qui pointent.
Au-dessus le ciel blanc. Net. Du métal.

La rue c’est une
Impasse.
Elle se heurte plus loin à un autre mur
à crevasses
coiffé de barbelés à petites lames carrées
Rouillées.
La rue c’est une impasse,
s’y pressent ces gens maigres,
pliés affairés silencieux
ils fouillent le sol de cendres.
Ça pue l’incendie. Acre. Amer.
Ça pue le drame.
Et aussi cette sale odeur, étrangement sucrée,
de la viande humaine brûlée.

Cinq pièces.
Dans chacune des petits cadavres, taille bébé.
Fondus. Difformes. Insectes !
Des poupées de charbon dont les membres s’effritent,
Oh leurs petites faces d’animaux rôtis !

La bouteille d’aguardiente dans la poche au Hobo.
De contrebande, l’aguardiente.
Le Hobo il s’en envoie une rasade.
« C’est ça ou gueuler. » il se dit le Hobo.
Il veut pas crier. L’est déjà bien saoul.
Estomac plein. Brailler ça le ferait vomir.

Le petit flic regarde la bouteille avec envie
mais le Hobo il refouille la bouteille dans sa poche.
Le petit flic
il lui a pris cent panchitos pour le laisser entrer.

D’autres flics emballent les
corps
dans des sacs de ciment vides,
avec des ficelles pour fermer.
Lents. Les gestes paresseux dans la chaleur qui
mord.
Y’en a un dans un coin
qui mange un fruit jaune,
les épluchures à ses pieds noirs
dans la boue noire,
comme de la pulpe d’or.

Le photographe tire des portraits,
accroupi,
l’objectif à trente centimètres des visages.
Les journaux adorent les gros plans de
cadavres.
Meurtres et accidents.
Plaies ouvertes.
Grimaces d’agonie…
Flash !
Pleine page. Avec une fille en lingerie pute juste à côté.

Le gars porte un polo rose
des gros bijoux en or.
S’appelle Pablo.
Quand il a vu le Hobo,
lui a donné sa carte de visite.
Le prend pour un journaliste.
Depuis la fin de la guerre, y’en a plein,
des journalistes gringos.

Dans le réduit des chiottes, y’a un enfant plus grand.
Intact.
Douze ou treize ans, le gamin.
Assis dans l’eau du bassin,
le menton sur ses genoux.
Chauve.
Le visage bleu.
Les yeux blancs.

« L’a essayé de lutter, celui-là,
Le Hobo il se dit,
s’est réfugié dans la salle de bains.
S’est foutu dans la cuve de flotte. »
Un petit dur.
A travers les flammes et la fumée, pendant que
ses cheveux
brûlaient,
il a trouvé le chemin.

« Raté, gamin, le Hobo il se dit,
ce qu’il fallait trouver, c’était la sortie. »
C’est la fumée qui l’a eu. L’asphyxie.
Sale coup, putain !
Ses lèvres sont retroussées sur ses gencives.
Ses dents jeunes
et blanches.
« T’as l’air près à mordre ! » le Hobo il lui dit.

Le petit flic se faufile dans le réduit.
Un noiraud de pas vingt ans.
Sa casquette trop grande pèse sur ses oreilles
feuilles de chou.
Ce serait pas mal comique
si y avait pas
sous la visière
ses deux petits yeux noirs de tueur.
Il tient son flingue levé,
crosse graisseuse dans la saignée du bras.
« Tu restes là plus, tu payes cent panchitos plus. »
Le Hobo il lui tend la bouteille. Le gars refuse.
« Non, tu donnes pas boire, tu donnes cent panchitos ! »

A ce moment-là, Pablo s’amène à son tour.
Découvre le corps dans le bassin.
Exulte.
« Yeah, il est bon celui-là ! »
Et il mitraille.

Le petit flic regarde ailleurs.
Le photographe avec ses
bijoux
et son polo,
c’est un privilégié.
Un fils de général, pas moins.
Pas touche, le petit flic de quartier.
Pas bronche.
Pas voir.

« Yeah. » qu’il dit le Hobo.
Il avale un coup de vodka.
« Yeah mon gars, celui-là,
tu peux le vendre pour la une, certain ! »

« T’as vu, il est plus vieux que les autres ? »
Rasade !
Tête levée, cou tordu.
Les yeux dans la lumière.
Le Hobo il avale à grandes goulées.
Pas pour le goût, l’aguardiente de contrebande
c’est du gasoil.
Pour noyer la bestiole qui fait ses
griffes
dans sa poitrine.
L’assommer, au moins.

« T’y connais rien, mec,
Le Hobo il soupire.
Il est pas plus vieux que les autres.
Ils étaient tous aussi grand que lui. »
Ça l’épate, le photographe.
Il reste en suspens au-dessus du bassin,
l’objectif planté dans la
gueule
du gamin
crevé
qui veut mordre.
« Ah bon ? »
« Ouais. Les autres,
c’est pas des vrais bébés.
C’est juste que la viande d’homme,
ça réduit dans le feu. »

Le Hobo il repousse le flic
Le Hobo il s’en va.

 

Retour

ANGOLA
SURABAYA

Laisser un commentaire