browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

HYDERABAD

Publié par le 23 mars 2014

LE PIRATE

 

Le pirate. Noir et pourpre.
Les bottes frôlant le sol.
Cambré. Flexible. Dangereux.
Le gars une sagaie
.

Bon dieu, par Allah le Miséricordieux,
Il dit Kader Dajango,
Bon dieu, Hobo,
Pourquoi t’as jamais des histoires
Normales
A raconter ?

Grande piaule. Des divans.
Du doré. Du crème. Du beige
Du bois brillant.
Les stores fermés.
Bloqués.
Piège.
Striés.
La lumière féroce, derrière,
Blanche. Compacte. Entière.

Bon dieu, par Allah le seul dieu,
Il dit Kader Dajango,
Par le Miséricordieux,
mon vieux Hobo,
Qu’est que ça peut te faire,
Des gamins brûlés,
Toi qu’a déjà vu l’enfer,
Des gosses incendiés ?

Hyderabad, Kakatiya Hôtel.
Un grand bureau le long du mur,
Du papier de soie à en-tête dessus,
Une télé géante qui retransmet
Un match de cricket
Disputé par des gens noirs.
Là-dedans, partout,
Le bordel à Kader Dajango.
Boutanches. Valoches ouvertes.
Fringues. Paquets de dope.
Calbards. Ganja.

Plein d’objets d’arts, aussi.
Des trucs piqués dans des vieux temples.
Des têtes en pierre,
Des dieux bizarres,
Des effigies.
Un Bouddha debout en bois, aussi
Dans un coin d’ombre,
Son bras un moignon d’esquilles,
Vermoulu.
Percé de termites.

Bon dieu, par Allah,
Qu’est-ce que tu foutais à Managua,
Qu’est-ce qui t’a pris
D’entrer dans cette maison ?
Le Hobo il hausse les épaules, il dit
Tout ça c’est du hasard,
Les choses les sait-on ?

La porte est entrouverte,
Comme toujours.
Derrière poireautent
Deux types armés.
Dans la chambre voisine,
La voix d’Ali, le lieutenant,
Jappe dans un téléphone.
Dans une autre piaule, plus loin,
Des types rigolent avec une fille.
Kader Dajango il loue
Toujours
Tout le couloir.
Quelqu’un a mis de la musique.
Prince.
Purple Rain.
C’est signe que le gang à Kader
Il prépare une fête.

Kader Dajango,
Costard noir de soie,
Chemise pourpre,
Le holster à la hanche,
Bouteille de Champagne dans une main,
Dans l’autre la coupe
qu’il offre au Hobo.
Kader Dajango,
A peine posé sur le sol.
Prêt à voler.
Kader Dajango, un épervier
De passage,
Un instant planté
Au ras des hommes.

Y’a un M-Sixteen en travers du bureau.
Un autre dans le fauteuil en face.
Un Python sur la table de nuit,
Le  chrome luisant ans sous la lampe.
La porte de la salle de bains est fermée
Mais le Hobo il le sait,
Y’a encore un flingue là-bas,
Entre le rasoir et le flacon de Guerlain.
Un desperado, ça sait pas chier
Sans un flingue à portée.

Kader Dajango éclate de rire,
Pure joie.
Kader Dajango son ami son frère au Hobo,
Son pote, quoi.
Kader Dajango
Le Noir.
Le rouge aussi.
Pique et carreau.
Crime et cœur.
Moitié rire / moitié sang.
Kader Dajango le danseur sur limites.
Le jouisseur de précipices.
Kader Dajango le funambule.

La bouteille de Champagne rebondit
Dans la glace du seau.
Il claque des mains, Kader Dajango,
Sautille, flamenco !
Sourit : lumière !
Et puis quoi, il dit encore,
Pourquoi par Allah ça te travaille,
Dieu Miséricordieux,
Cette histoire de gosses ?
Je sais pas, il répète le Hobo,
Je sais pas moi pourquoi ceci,
Pourquoi cela,
Je m’en fous moi,
De pourquoi les choses…

Kader Dajango il arrache ses lunettes
noires.
Les yeux de Kader Dajango ! Deux losanges
Percés au-dessus les pommettes droites,
Strictement horizontales.
Deux meurtrières entrouvertes
Sur deux cercles de bakélite
Noire.
Et vrillés sur ta face, crois-le !
Inquisiteurs. Possesseurs. Forts !
De cette puissance de donne aux regards
La grande intelligence.
Kader Dajango le génie.
Du genre
Qui te sort des lampes d’Arabie,
Un grand poignard au poing
Brandi.

Kader Dajango il dévisage le Hobo
Et le Hobo il sait ce qu’il se dit.
Il se dit Putain, Hobo,
Mon copain, mon amigo,
Qu’est-ce que tu fous sur mon divan
Avec ta damnée veste de clodo
Et ta tronche d’évadé ?
Par Allah le dieu miséricordieux, Hobo,
Bon dieu, tu vois pas,
Ton ce pognon à ramasser ?
Kader Dajango il se dit ça.
Il se dit ça mais il le dit pas.
Kader Dajango c’est un frérot.

Alors il dit bon d’accord
C’est triste les enfants qui crament,
Mais Hobo, dis-moi, tu veux un boulot ?
Le Hobo il vide son verre,
Il hausse les épaules.
J’en demande pas, il dit le Hobo,
Mais si t’en as, n’hésite pas.

 

Retour

SEX IN CUBA
MOGADISCIO

Laisser un commentaire