browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

QUEENSLAND

Publié par le 19 avril 2014

L’HOMME EN L’ARMES

 

La dame saoule
Elle bégaie / épars sanglots
La dame dont la vie coule
Coule coule
Au fond d’un bungalow

La dame elle dit :
« C’étaient deux beaux gamins
Grandis par ici.
Un c’était John, l’autre c’était Jacky.
Une paire de copains
Un genre de frères
Egarés en guerre
Là-bas en Asie,
Deux encore gosses déguisés en treillis
Un c’était John l’autre Jacky… »

Etendu contre son flanc
Gras
Il s’endort le Hobo.
Des fois il entend,
Des fois il entend pas.

Sont revenus de guerre
Faire les fermiers,
Sont revenus meurtriers,
Misère,
Sont revenus meurtris.

« C’étaient deux amis,
C’étaient des frères,
D’eux par ici on était fiers,
L’un c’était John, l’autre Jacky. »
La dame saoule elle dit.

Un matin d’été, un matin qui cuit,
La femme de John et celle de Johnny
Au supermarché, elles se disputent
Vlan et griffe et paf, tiens, sale pute,
On se cogne, on se chicore,
On se maudit
A grands coups, corps à corps,
A grands cris.

Et puis le calme revient,
Et avec la raison qu’était enfuie.
Et puis accourent les copines,
Radinent les voisines.
On s’arrange on se pardonne.
On s’excuse,
On s’accuse.
On dit c’est le temps qui nous tient,
C’est le temps qui nous cuit.

De ce jour, John ne cause plus.
Silence.
Au travail dans ses champs,
Dans son tracteur, au volant,
Silence.

C’est cette époque, quand la plaine étincelle.
Quand le macadam fume sur la seule route.
Quand la chaleur / fourneau
Se verse / acier / dans les cervelles.
Quand le dur soleil vous envoûte,
Chaque minute vous ronge le cerveau !

John, chez lui plus un mot,
De l’alcool le soir,
De la gnôle dure,
Mâchoires bloquées, regard noir,
Le silence qui dure,
Le silence qui cuit.
Comme ça cinq jours et leurs cinq nuits.

Au matin du sixième
John il prend son fusil,
Son flingue rapporté des combats.
Il va droit chez Jacky,
Regard dingue, le front blême,
Danger en marche sous le ciel blanc.
Son pote Jacky il l’abat,
Trois balles dans la face
En lui hurlant
Ta femme c’est une poufiasse !

Jacky s’en va, l’arme
Brandie
En rage, en pire,
Les joues rayées de larmes,
Dirent
Plus tard
Les voisins tapis.

Gorge gueulant il a prévenu :
J’ai des chargeurs plein les poches !
Gaffe, le premier qui s’approche
Parole, Jacky te tue !

On l’a retrouvé dans l’heure
Au milieu de son champ.
Carcasse, tête éclatée,
Sous le soleil frappant.
L’homme noyé de pleurs
Enfin suicidé.

« C’étaient deux amis,
Comme des frères. »
La dame saoule elle dit.
Le Hobo il s’endort contre son flanc
Gras,
Des fois il entend,
Des fois il entend pas.
« Des beaux gars d’ici
Egarés en guerre,
La dame elle dit.
Un c’était John, l’autre Jacky. »

Le Hobo il dort,
Des fois il entend encore,
Des fois il entend pas.
« Faut que tu écoutes,
La dame saoule elle dit,
Je sais que tu t’en doutes,
Mon mari c’était Jacky. »

 

Retour

SRI LANKA
SAHARA

Laisser un commentaire