browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Script-quizz n°07

Publié par le 28 avril 2016

 

Salut à toutes, tous.

La littérature qu’on se délecte à lire est aussi la matière première de tous les films, téléfilms et séries que nous aimons à mater. Même s’il ne s’agit pas de l’adaptation d’un bouquin mais d’une oeuvre originale, derrière chaque thème, chaque séquence, dans certains cas chaque plan, le travail de base est celui d’un écrivain. Eh ouais, un gadjo tout seul avec ses clopes et sa boutanche devant sa ch’tite machine…

Trouvez ci-dessous un bout de scénario. A vous de deviner de quel film il est extrait…

 

EXT Jour, rue chinoise

Un gamin souriant derrière des cages à oiseaux fait un signe de la main, pouce et auriculaire levés.

Le gamin (en chinois) :
Six dollars !

Il tend la main. La main de Jake y pose des pièces.

Jake (off) :
Okay.

Le gamin :
Merci.

Il décroche une cage qu’il remet dans les mains de Jake. La caméra remonte, découvrant Jake, et le suit tandis qu’il rejoint Shirley et lui remet la cage.

Jake :
C’est un peu dingue, mais y z’attrapent ces oiseaux pour qu’on les relâche. Comme ça, juste pour se mar… pour le plaisir. Allez-y.

Shirley :
C’est une idée adorable.

Jake :
Ben… Je crois que c’est pour qu’on se sente bien. Comme quand on aide une vieille dame à traverser la rue.

Shirley ouvre la cage et souffle sur l’oiseau.

Shirley (à l’oiseau) :
Vas-y, mon ami !

L’oiseau s’envole. La caméra le suit. Il se pose au sommet d’un toit de maison aux pointes relevées.

Shirley (riant) :
Ça marche ! C’est idiot, mais on se sent vraiment bien !

 

Fondu sur :

 

EXT Jour, parc

Jake, Shirley et un gamin se tiennent devant la statue d’un éléphant. On distingue les toits d’une pagode en arrière-plan.

Jake lance des cailloux sur le sommet de la tête de l’éléphant. Ses cailloux retombent. Le gamin en lance un à son tour, qui reste en équilibre sur le crâne de la bête. Tandis que Shirley se moque gentiment de Jake, la main sur la bouche, le gamin s’en va. Jake continue à lancer.

Shirley :
Qu’est-ce qui se passe si vous y parvenez ?

Jake :
On peut faire un vœu.

Shirley :
Ooh.

Jake lance un dernier caillou qui reste en haut.

Shirley :
Jake, vous avez réussi ! Vous avez droit à un vœu ! Que souhaitez-vous ?

Jake (rigolant)
J’sais pas.

Shirley :
Il doit bien y avoir quelque chose…

Jake (s’approchant de l’éléphant) :
Ben… Un moment, je rêvais d’avoir une machine à moi.

Shirley :
Ça ne compte plus, maintenant ?

Jake (caressant la statue) :
Plus autant que ça l’a été… Pourquoi vous ne prenez pas mon vœu ?

Shirley :
Okay.

Elle s’approche, ouvrant son sac à main.

Shirley :
J’y pense, monsieur Jameson m’a demandé de vous prêter ça. Ce sont les manuels des machines, à la Mission.

Elle tend à Jake deux petits livrets.

Jake :
Okay, je regarderai ça.

Shirley :
Très bien.

Jake (ouvrant un des manuels) :
Allez-y, faites votre vœu.

Shirley :
Okay.

Elle concentre, ferme les yeux. Quand elle les ouvre et se tourne vers Jake, celui-ci est plongé dans un des manuels.

Shirley (déçue) :
Jake ?

Jake :
Hmmm…

Shirley :
Vous ne voulez pas savoir ?

Jake (le nez dans le bouquin) :
Savoir quoi ?

Shirley :
Vous ne voulez pas savoir ce que j’ai souhaité ?

Jake (relevant la tête) :
Okay.

Shirley :
Eh bien, je souhaite qu’un jour vous ayez envie de m’en dire plus à propos de vous.

Jake (se replongeant dans le manuel) :
Un jour.

Shirley :
Quand vous en aurez envie…

Jake :
Okay.

 

Fondu sur :

 

EXT jour, lac

Jake et Shirley sont sur l’eau d’un lac, à bord d’une barque immobile, face à face. Derrière eux, la végétation fournie et soignée du parc. Jake a les rames en main, mais ne s’en sert pas.

Shirley :
Bien… Et que s’est-il passé ensuite ?

Jake :
Vous ne me lâcherez pas, hein ?

Shirley :
Vous ne pouvez pas vous arrêter là, au milieu de l’histoire !

Jake :
Ben… Pourquoi pas ?

Shirley :
Parce que c’est à propos de vous. J’aimerais savoir.

Jake :
Okay. J’étais le premier de ma classe…

Shirley :
Allons, Jake…

Jake rit avant de reprendre :

Jake :
J’ai été renvoyé de l’école.

Shirley :
Oooh…

Jake (l’imitant) :
Oooh…

Shirley :
Je suis sincère. Qu’est-ce qui s’est passé ?

Jake :
Je me suis bagarré pendant un pique-nique de l’école. Un type avait apporté une bouteille d’alcool et il faisait payer deux fois trop cher pour un verre. Comme je ne l’aimais pas, je l’ai cogné. Seulement, je devais avoir mon diplôme dans pas longtemps. Alors j’suis allé voir le dirlo. Un type doucereux, toujours en train de sourire, ce genre-là. Y m’a dit : « signe un papier comme quoi tu dis que c’est toi qui a apporté la gnole et on n’en parle plus ». Comme j’étais une vraie cloche, j’ai signé. Il a lu le papier et il m’a fait un de ses sourires : « bon, je vais y réfléchir… ». Alors j’lui ai foncé dedans. Le gars portait des lunettes et ça fait que j’lui ai crevé un œil. Alors après, le juge m’a dit : « Mon gars, t’as trois possibilités, l’armée, la marine ou la maison de correction ».

Shirley :
Pourquoi avoir choisi la marine ?

Jake :
Ben… C’est qu’y a pas beaucoup de flotte en Utah.

Ils rient.

Shirley :
Jake, personne ne vous a défendu devant le juge ?

Jake :
Ma mère. Seulement elle comptait pour du beurre. (Il sourit, pensif), mais une brave femme, croyez-moi…

 

Fondu sur :

(A suivre)

 

Bouquin-quizz n°44
Bouquin-quizz n°45

2 Responses to Script-quizz n°07

  1. LECHAUVE Dominique

    La Chine, l’achat de l’oiseau pour lui donner sa liberté, Jake, Shirley, voila quelques éléments, qui me font penser à une histoire de bateau américain lors du conflit de la guerre civile chinoise. Ôtez moi d’un doute sur le titre du film, quant aux acteurs, je ne me souviens plus.

  2. Thierry Poncet

    1966. Il y a cinquante ans.
    Candice Bergen toute jeunette, en sage institutrice conquise par le mataf Steve Mac Queen, mécanicien à bord de la canonnière le San Pablo sur le fleuve chinois Yang Tse Kiang.
    Tout est dit : La Canonnière Du Yang Tse, film fleuve s’il en est, signé Robert Wise.
    On y trouve également John Mac Crea, en capitaine soucieux de justice, l’éternel copain dans la vie de Mac Queen Simon Oakland, Richard Attenborough, futur réalisateur de Ghandi, et, en prostituée sage amoureuse de celui-ci, une curiosité : l’actrice asiatique Marayat Andriane, qui deviendra mondialement célèbre en signant les livres érotiques écrits par son aviateur de mari, la série des Emmanuelle.

Laisser un commentaire