browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Zykë L’Aventure – Le film (07)

Publié par le 16 juin 2018

 

Adapté du roman Zykë L’Aventure, Thierry Poncet, éditions Taurnada, en librairie ou ici :

https://www.taurnada.fr/

https://www.amazon.fr/Zyk%C3%AB-Laventure-Thierry-Poncet/dp/2372580345

https://livre.fnac.com/a10793510/Thierry-Poncet-Zyke-l-aventure

https://www.babelio.com/livres/Poncet-Zyk-laventure/962158

 

EXT Jour, patio

Il pleut.

Plan sur une porte en métal rouillé flanquée d’un fût d’eau. À la craie sur la porte, en lettres maladroites : « chiotes laissé propre ». De derrière parviennent les bruits pétaradants et clapoteux d’une diarrhée, accompagnés de gémissements.

 

INT Jour, chambre Zykë

Du feu brûle dans la cheminée. Msieu Poncet tape à la machine, assis sur une natte à terre, entouré de feuillets de notes et de matériel de papeterie. Zykë est dans son fauteuil, le manuscrit (dont on remarque l’épaisseur) posé à portée de main. Il est en train de lire Papillon.

Zykë :
Quel schmock, ce type ! Il a eu du succès, tu dis ?

Msieu Poncet (plongé dans son travail) :
Hon hon…

Zykë retourne le livre, regarde la photo.

Zykë :
Avec une face de cul pareille !

D’un geste machinal, sans ostentation, bonne brute, il tord l’épais bouquin et en déchire la tranche.

 

EXT Jour, patio

Bouli sort des toilettes, hagard, achevant de rajuster son falzar. Du seuil de sa chambre, Zykë le hèle.

Zykë :
Eh, le Belge ! C’est quoi cette merde ?

Il lui jette à la gueule le bouquin démantelé.

Bouli :
Ah… euh… je m’excuse, alors, hein… c’est quand même une histoire exceptionnelle…

Zykë :
Exceptionnelle mes couilles. Le type n’arrête pas de se justifier : « c’est pas moi qui ai tué », « on est injuste avec moi », « je suis un brave gars »… Il me fait dégueuler !

Bouli (portant la main à son ventre, se tortillant) :
Excuse…

Zykë :
Quand le curé vient le voir dans sa cellule, il s’agenouille devant lui ! « Bénissez-moi, mon père ». Pourquoi il ne lui suce pas la queue, pendant qu’il y est ?

Bouli :
Excuse…

Il tourne les talons et se précipite vers les toilettes.

 

INT Jour, chambre Zykë

Zykë (à Msieu Poncet) :
Moi, je ne veux pas d’excuse ! Aucune ! J’ai fait le salopard parce que je l’ai voulu. Je ne vais pas me cacher derrière des arguments bidons ni chercher à me rendre bouffable. Je m’en fous, d’être sympathique !

Msieu Poncet :
Ben, y’a quand même des passages sympas. Quand tu rends leur fric aux gars de la mine. Quand tu sauves la petite et sa mère…

Zykë :
On va les supprimer. Tu me les coupes tout de suite. (Il empoigne le manuscrit et en tourne les pages, cherchant les passages en question)°. Pas d’excuses, bordel. L’aventure, ce n’est pas un truc de boy scout. La vérité, c’est que tu patauges dans la merde, tu bouffes de la merde et tu bosses avec les types les plus pourris de la terre. Si ça choque les bourgeois, c’est leur problème !

D’un geste brutal, il enfonce le bouton « play » du magnéto. La voix d’Oum Kalsoum se met à hurler, rendue effroyablement dissonante par la faiblesse des piles.

 

INT Jour, patio

Marik réconforte amoureusement Bouli.

GP sur les visages de Zykë et Driss, qui observent le couple, dépités.

Zykë :
Ça ne va pas marcher. Elle est amoureuse. Elle le plaint. On est en train de renforcer leur couple devant l’épreuve.

Driss :
Tu as raison, patron.

Zykë :
On va faire le contraire. Il faut le mettre à bouffer. Gros comme il est, il doit adorer manger. Double les plats, hermano. Matin, midi et soir. Avec un maximum de gras.

Driss :
Le gras, je sais faire.

Zykë (ricanant) :
Sans blagues ?

 

INT Jour, réfectoire

Plan sur la table couverte d’un nombre exagéré de tajines de viandes et de poissons, avec pile de galettes et motte de beurre blanc de chèvre.

GP de Zykë et de Driss qui font la gueule, tandis qu’on entend des bruits de déglutition et des gémissements de plaisirs.

Plan sur Bouli et Msieu Poncet.

Bouli (expliquant) :
Excuse, moi non, la nourriture marocaine, j’aime pas trop ça. Excuse, hein. Je dis que si c’est bon pour eux, tant mieux, mais moi tout le gras, tout ça, je le digère pas bien. Non moi ce que j’aime ce sont les grillades, tu vois. L’été je me fais des barbecues, j’adore ça…

Plan sur Marik qui dévore, ravie, bruyamment et salement, mâchant bouche ouverte, avec des borborygmes d’ogresse aux anges.

 

EXT Jour, éclaircie

Suite de plans : le soleil perce les nuages ; la lumière étincelle sur l’océan encore houleux ; une chèvre émerge au-dessus d’une butte et se dirige en bêlant vers le puits ; de l’eau goutte d’un coin de mur dans une lumière nouvelle.

 

EXT Jour, patio

Tous les habitants sont dehors, faces offertes au soleil, expressions ravies. Bouli, torse nu, gras et flasque, s’étire avec délices au milieu du patio. Alors qu’il tourne sur lui-même, il glisse sur la boue et manque de se casser la margoulette.

Zykë rit. À son côté, Driss ramasse un caillou et, un mauvais sourire aux lèvres, l’envoie sur Bouli, le touchant durement à la poitrine.

Bouli :
Eh !

Rigolant de plus belle, Zykë ramasse à son tour un caillou, le lance, atteint à la cheville Bouli qui sursaute de façon comique.

Les deux hommes se mettent à bombarder le pauvre de cailloux, l’obligeant à danser.

Plan sur Marik désolée. Elle jette un regard vers Msieu Poncet qui lui répond d’une moue gênée.

 

EXT Jour, paysage

Le soleil se lève sur le bled derrière la maison. Un troupeau de chèvres s’égaye dans la rocaille. Doux bêlements de chevreau.

Driss tire de l’eau au puits.

 

EXT Jour, patio

Assis dans son fauteuil tiré à l’extérieur, Zykë se fait raser le crâne par Driss. Les trois autres boivent leur café tout autour, observant la scène.

Marik :
C’est comme dans l’ancien temps !… Ça doit être dur de pas se couper, hein ?

Driss :
Non, c’est facile. Ce qu’il faut c’est faire doucement, à petits coups, comme ça…

Zykë (à Marik) :
Tu veux essayer, la belle ?

Marik :
Oh non !

Driss :
Tu essaies ! C’est facile ! À petits coups ! Essaie !

 

EXT Jour, patio

Marik termine de raser le crâne de Zykê. On sent l’intimité nouvelle que cette action fait naître entre eux : rapprochement ; les seins de Marik qui frôlent la joue de Zykë, ses mains qui caressent son crâne, essuyant des surplus de savon…

Bouli :
Alors ça est bien, hein… Continue Marik…

 

EXT Jour, patio

Zykë, le crâne rasé, montre le résultat aux autres.

Bouli (enthousiaste) :
Ça alors c’est fort, hein ! On dirait un genre de militaire. Comme ça c’est paré pour la grande aventure, hein !

Zykë :
Tu devrais faire pareil.

Bouli :
Moi ? Oh non, ça alors…

Driss (embrayant) :
Oui, oui, c’est mieux pour ton hygiène. Demande à qui tu veux, c’est mieux pour l’hygiène et tout ça !

Zykë :
Ça t’irait bien, franchement. Ce serait mieux.

Driss :
Mille fois mieux ! Cent mille fois que c’est mieux !

Zykë :
Un million de fois mieux ! Hein, Msieu Poncet, qu’est-ce que tu en penses ?

Msieu Poncet approuve à contrecoeur, évitant de contredire le patron.

Msieu Poncet :
Mouais… ce serait mieux…

 

EXT Jour, patio

Bouli a pris place dans le fauteuil de Zykë. Driss lui rase la tête.

C’est une scène éprouvante. Cruelle. Méchante. Driss, sardonique, en rajoute dans le sadisme. Il utilise très peu de savon et coupe à grands coups brutaux, s’appliquant à bien racler la peau de sa victime. Des coupures apparaissent, qui s’emplissent aussitôt de sang.

 

EXT Jour, patio

GP sur le visage de Bouli : il est ridicule et pitoyable. Son crâne est zébré d’écorchures et parsemé de touffes de poils. Il continue à sourire naïvement.

Plan sur Marik qui, effarée, se mord les lèvres.

Bouli :
Alors ? Alors, hein ? C’est seyant, alors ?

Zykë :
C’est parfait. Tu es prêt pour l’aventure, mon ami !

Driss :
Toi, c’est comme un autre homme, maintenant !

Zykë :
C’est ça. Maintenant il faut te trouver un nom d’aventurier. On va t’appeler, euh… Tête-de-gland !

Zykë et Driss éclatent de rire. Marik ne peut s’empêcher de laisser échapper un éclat de rire nerveux. Les deux compères échangent un coup d’œil complice.

 

INT Jour, bureau

Msieu Poncet tape à la machine.

De l’extérieur lui parviennent les voix des autres. Il s’interrompt, écoute.

Driss (hors-champ) :
Tu veux un thé, Tête-de gland ?

Rire de Zykë.

Bouli (HC) :
Excuse, ça n’est pas très charitable, alors…

Driss (HC) :
Tu le veux, le thé, ou non ?

Bouli (HC) :
Je veux bien.

Driss (HC) :
Eh ben va faire le thé, tête-de-gland !

Rire de Zykë.

Msieu Poncet soupire, puis se remet au travail.

 

INT nuit, réfectoire

Tout le monde attablé devant un festin. Marik dévore, pliée sur un plat qu’elle a accaparé, les cheveux trempant presque dans la sauce. À court de pain, elle se redresse et tend la main en direction de Bouli.

Marik :
Donne des galettes, Tête de gland !

Bouli obtempère, l’air blessé. Zykë et Driss échangent un regard triomphant.

 

EXT Nuit, paysage

La lune pleine. Le patio clair, ombres bien marquées.

 

INT Nuit, bureau

Alors que Msieu Poncet relit un passage qu’il vient de taper, s’allumant une cigarette, il dresse soudain l’oreille.

On entend des murmures, des bruits diffus, puis le son métallique d’un verrou qu’on tire.

Msieu Poncet sort.

Bouli et Marik sont au portail, leurs bagages au dos et dans les bras, en train de s’enfuir. Ils s’immobilisent, apeurés, se voyant découverts.

Msieu Poncet, d’un hochement de tête bienveillant, approuve leur départ.

Bouli et Marik se coulent à l’extérieur.

(À suivre)

 

 

Zykë L’Aventure – Le film (06)
Zykë L’Aventure – Le film (08)

13 Responses to Zykë L’Aventure – Le film (07)

  1. Alekos

    La paire Driss / Zykë, deux enfoirés à Saint-Tropez…

  2. Salamat

    « Quand le curé vient le voir dans sa cellule, il s’agenouille devant lui ! »
    J’m’étais dit la même !!
    Banco, bien que romancé, est un chouilla mieux…

  3. Oliv'

    Fatalité – demain après-midi je prends l’avion pour Bruxelles, retour vendredi – si jamais je croise Marik je lui expliquerai qu’elle a eu bien chaud au derche et qu’ils ont mis les bouts au bon moment avec son Jules. Si je vois Bouli-Tête-de-gland je lui dirai qu’on cherche un acteur pour jouer son rôle dans un film ( Benoit Poelvoorde ? )
    ***
    Henri Charrière a eu droit à son film, sans doute encore plus célèbre que le bouquin, avec Steeve Mac dans le rôle titre, et l’excellent Dustin Hoffman… donc tout espoir est permis non ?

  4. Thierry Poncet

    Scénario du grand Dalton Trumbo, mon modèle pour cette adaptation de Zykë L’Aventure. Bon voyage, l’Ami.

    • Oliv’

      Pas vu Marik, pas vu Bouli-tête-de-gland en traversant la Belgique, suis déjà arrivé en Hollande… (Hier histérie collective à Bruxelles quand les ont gagné contre le Panama)
      Je pousserai bien jusqu’à Damrak et son quartier rouge (lui aussi comme les diables!) et la maison d’Anne Frank mais je dois malheureusement redescendre vers l’Allemagne et ensuite retour de Bruxelles…bon je sais il y a mieux comme terrain d’aventures mais on fait avec ce qu’on a !!! La bise de Nijmegen – Netherlands

    • Averell

      Il m’était inconnu mais ce Dalton dont j’ai parcouru la bio mérite bien plus qu’un entrefilet…! Un des bigs d’Hollywood “sévèrement burné” capable d’envoyer bouler la commission Mc Carty et sa chasse aux sorcières! (Il le paiera avec un an de tôle quand même ) chapeau le Monsieur… de lui j’ai vu il y a peu “vacances romaines” avec Gregory Peck et Audrey Hepburn qui effectivement est un chef-d’oeuvre. Ils ont même fait un biopic sorti en 2015, je vais de ce pas m’y intéresser… Tchuss du centre de Dortmund!

  5. Thierry Poncet

    Auteur de Johnny Got His Gun, tout de même. Si bon que, du temps où il était interdit, ses potes le faisaient bosser sans le mettre au générique, ce qui fait qu’on ignore le nombre exact de ses scénarios. Avec Bryan « Breaking Bad » Cranston, le biopic.

  6. Joe

    ça c’est cool d’avoir son biopic, n’empêche que le graal pour un écrivain c’est d’avoir sa statue pas vrai ? Zykë voulait la sienne monté sur un âne – idée originale ma foi – et si tu ne la connaissais pas je te laisse découvrir celle de Dalton Trumbo en plein boulot d’écriture…

    https://www.uncovercolorado.com/dalton-trumbo-colorado-screenwriter/

    …euuuh la tienne, tu la verrais comment ??

  7. Alekos

    La statue de D. Trumbo présente quand même deux traits similaires avec celle, possible, de C.Zykë : la moustache et le truc qui se fume dans la main…

    Faudrait juste raser le crane et remplacer les lunettes par des ray-ban fumées et je crois qu’on est bon. Enfin, ce que j’en dis…

  8. Thierry Poncet

    Je trouve que la plus classe, c’est celle d’Hemingway, accoudé au comptoir du Floridita à La Havane.Très très classe. Sinon, pour moi, un nain de jardin en position du scribe à quelques dizaines de milliers d’exemplaires, ça m’irait très bien !

  9. Arnesse

    Oui, non, c’est vrai c’est la classe, l’artiste a représenté le bonhomme en position très cool et c’est ça qui bluffe : genre bah oui, c’est moi, Hemingway assis au comptoir, mais on peut boire une bière ensemble si tu veux, moi qui suis un géant et toi… bah toi t’es toi et viens faire ton selfie…
    .Je suis certain que s’assoir à côté de lui, si humain grandeur nature, est émouvant…sacré Ernest !

    Moi j’aime bien celle d’un autre géant, très cool lui aussi…

    https://skalathan.deviantart.com/art/Oscar-Wilde-statue-in-Dublin-70229024

  10. Alekos

    Belle œuvre en effet.

    On a envie direct de commander un shot et d’engager la discussion…

     » Alors l’Espagne c’était comment ? »

    et puis ensuite

    « J’ai connu une polonaise qui en prenait au petit déjeuner »

    Pour finir enfin :

    « Pfffuuuuuiii…C’est-y qu’y fait chaud, n’ou bien ? »

    Bon après, ce que j’en dis…

  11. Fernand Naudin

    Y date du mexicain, du temps des grandes heures, seulement on a dû arrêter la fabrication : y a des clients qui devenaient aveugles, alors ça faisait des histoires…

    « Toute référence à une oeuvre cinématographique déjà existante serait purement fortuite »

Laisser un commentaire