browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Zykë L’Aventure – Le film (11)

Publié par le 14 juillet 2018

 

Adapté du roman Zykë L’Aventure, Thierry Poncet, éditions Taurnada, en librairie ou ici :

https://www.taurnada.fr/

https://www.amazon.fr/Zyk%C3%AB-Laventure-Thierry-Poncet/dp/2372580345

https://livre.fnac.com/a10793510/Thierry-Poncet-Zyke-l-aventure

https://www.babelio.com/livres/Poncet-Zyk-laventure/962158

 

INT Jour, chambre Heemskerk

Zykë et Msieu Poncet entrent.

Heemskerk est dans un état épouvantable, décharné à l’extrême, chauve, le teint vert gris. Un zombie hérissé de tuyaux et de câbles, entouré de machines qui bipent et qui soufflent.

Heemskerk :
C’est sympa de rendre visite à un cadavre.

Zykë s’assoit, très à l’aise, sort une clope, l’allume.

Zykë :
On va tous crever. Ce qu’il faut, c’est bien s’éclater. Tu t’es éclaté ?

Heemskerk :
Oh que oui.

Il désigne d’un doigt tremblant un gros album sur sa table de nuit. Du regard, Zykë commande de s’en emparer à Msieu Poncet qui obéit, pose l’album devant Heemskerk et tourne les pages.

Plans sur les pages : des photos où l’on voit Heemskerk poser avec des dépouilles d’animaux sauvages, lions, rhinos, éléphants, etc… ainsi qu’en compagnie de chasseurs africains.

Heemskerk (voix off) :
J’ai zigouillé la moitié de la faune africaine. Pendant longtemps, j’ai pensé tirer un livre de tout ça, mais je ne suis jamais arrivé à m’y mettre sérieusement.

Zykë :
Ce n’est pas si facile que l’on croit, hein, Msieu Poncet ?

Msieu Poncet :
Non.

Heemskerk :
Maintenant, c’est toi qui va prendre la monnaie.

Zykë :
Compte sur moi ! (il abat sa main sur le genou de Heemskerk, lui arrachant un gémissement de douleur, allège sa patte) Je vais faire connaître ton histoire à un maximum de gens, tu as ma parole.

Plan sur le visage de l’agonisant qui acquiesce, aux anges.

 

INT Jour, hall clinique

Msieu Poncet tire des cafés à une machine au dessus de laquelle une pendule indique 11 H 00.

 

INT Jour, chambre Heemskerk

Msieu Poncet pose les cafés, s’assoit, se saisit de son bloc-notes.

Heemskerk :
Mon père était flamand, mais ma mère était française…

Parler le fait tousser. Une toux horrible. Sur un signe de Zykë, Msieu Poncet empoigne un crachoir et le brandit sous le menton de Heemskerk.

Zykë :
Ta mère, laisse-la où elle est. On n’a pas le temps. Va à l’essentiel. J’ai besoin de matériel, moi. C’est quoi, tes souvenirs les plus romanesques ?

Heemskerk (faiblement, presque inaudible) :
Les crocodiles.

Zykë (agacé) :
Les ?

Heemskerk :
Les crocodiles. Un jour, sur l’Oubangui, ils sont devenus dingues. On croit qu’il n’y a que les hommes qui peuvent devenir cinglés. Ben non, les bêtes aussi.

Zykë fait signe à Msieu Poncet : « note bien ça ».

Heemskerk :
Ils m’ont foncé dessus. Il y en avait au moins cent. Je ne comprenais plus rien. Cent crocos enragés. Je me suis réfugié sur un arbre. Même là, ils essayaient de monter. Ils sautaient, ils s’agrippaient au tronc, ils n’y arrivaient pas, bien sûr, mais ils essayaient…

 

INT Jour, hall clinique

Msieu Poncet à la machine à café. La pendule indique 18 H00.
De derrière son comptoir, l’infirmière, une très grosse femme, hèle Msieu Poncet.

L’infirmière (terrible accent belge) :
Ça est passé l’heure des visites. Il va falloir s’en aller.

Msieu Poncet (distraitement) :
Bien sûr, m’dame… Pas de problèmes…

 

INT Jour, chambre

Il y a des feuillets scotchés aux murs, un nombre impressionnant de gobelets de café emplis de mégots, de la fumée.

Heemskerk :
C’était un village isolé dans la région de Dzanga Sanga. Une dizaine de huttes dans une clairière, en pleine forêt. Tout le monde était mort. Que des cadavres. Des hommes, des femmes, des gosses, des vieux… Pas de traces de violence mais tout le monde était mort. Il y avait un marécage à côté. J’ai pensé qu’ils avaient pris une fièvre…

L’infirmière obèse fait irruption.

L’infirmière :
Ça est terminé le bazar à la fin. Ça est passé les visi… (elle découvre l’état de la chambre et hurle) : Qu’est-ce qui se passe, ici ? Non mais vous n’êtes pas fou, non !? Vous allez sortir imméd…

Zykë s’est levé.

Zykë :
Ta gueule, la grosse !

L’infirmière :
Couik…

Zykë :
On est en train d’accomplir le dernier vœu d’un mourrant. C’est comme ça que tu respectes les malades ?

Il quête l’approbation de Msieu Poncet.

Msieu Poncet :
C’est des méthodes de fasciste !

Zykë :
C’est ça ! Dégage, facho ! Collabo !

L’infirmière en larmes s’enfuit de la chambre.

Heemskerk rigole. Il s’étouffe. On peut croire un instant qu’il va crever là, tout de suite, puis il reprend son souffle.

Heemskerk :
Collabo… Ça c’est drôle… J’étais avec les Allemands pendant la guerre… J’y croyais… J’étais jeune… C’est pour ça que je suis parti au Congo… Ils m’auraient fusillé, ces cons-là !

La porte s’ouvre sur un docteur en pétard. Il est jeune, petit, l’air d’une souris.

Le docteur (forçant sa voix) :
Mais on fume, ici, ma parole ! Qu’est-ce qui se passe ?

Zykë (jovial) :
Ah, docteur ! Enfin ! Il faut que je vous parle…

Avant que le toubib puisse réagir, il le prend par l’épaule et, d’une pression polie mais bien réelle, l’entraîne en dehors de la chambre.

 

INT Jour, corridor

Zykë :
Je suis Cizia Zykë, l’auteur d’Oro, le best seller.

Le docteur :
Ah oui, l’histoire de la mine d’or…

Zykë :
Exactement. Je suis ici à la demande expresse de la famille de monsieur Heemskerk. Monsieur Heemskerk est un expert en histoire coloniale belge. Il connaît de nombreux secrets et je suis chargé de les collecter avant la fin.

Le docteur :
Oui, mais il y a des horaires pour les visites et…

Zykë sort de sa poche une liasse de billets, en compte quelques-uns, les tend au docteur.

Zykë :
De très importantes révélations sur l’histoire du Congo belge, docteur. La famille de monsieur Heemskerk…

Le docteur (louchant sur les biftons) :
Nous avons des règlements…

Zykë rajoute des billets.

Zykë :
Notez, docteur, que mon prochain bouquin peut aussi s’appeler « Clinique des Mimosas – Caca ». Je ne sais pas si vos employeurs apprécieraient. (Il lève la tête et scande à pleine voix) : CLINIQUE MIMOSA – CACA ! CLINIQUE MIMOSA – CACA !…

Le toubib déglutit, balbutie, finit par prendre l’argent.

Zykë :
Bien. Prévenez le personnel que nous resterons le temps qu’il faudra.

Le toubib s’éloigne, tête basse et mine sombre. Zykë le rappelle.

Zykë :
Eh, docteur !… Il n’y aurait pas moyen de faire un shoot de quelque chose, pour le booster le temps qu’il me passe ses informations ?

Le docteur :
Mais… mais… mais… ça le tuerait !

Zykë :
Il est déjà au trois quarts mort, non ?

Le docteur contemple Zykë d’un air effaré, puis secoue la tête, refusant d’en entendre plus, et s’éloigne aussi vite que ses petites pattes le permettent.

 

INT Nuit, chambre / hall

Musique. Suite de plans courts.

La fenêtre de la chambre est noire / Hermskerk parle, de plus en plus fatigué. Zykë et Msieu Poncet se tiennent de plus en plus penchés sur lui pour l’entendre / Les pages de notes s’accumulent / Les plans dans la chambre alternent avec des plans dans le hall où Msieu Poncet prend des cafés. / Plans sur la pendule qui témoignent des heures qui passent.

 

INT Nuit, chambre

Heemskerk est évanoui.

Zykë :
Il est clamsé ?

Msieu Poncet montre l’écran de contrôle.

Msieu Poncet :
J’crois pas. Y a encore des pulsations.

Zykë :
Ramasse ton bordel, on se casse.

Ils sortent de la chambre.

Un dernier plan sur Heemskerk, cadavérique.

 

EXT Jour, route

La Rolls file à travers la Belgique.

 

EXT Jour, De Haan

La Rolls roule dans les rues de la petite station balnéaire de De Haan. La caméra montre la plage, la mer du nord, les boutiques fermées hors saison.

 

EXT Jour, De Haan

Le trio gagne un petit café / tabac / épicerie.

Zykë :
C’est pas mal, ici. On sera peinards pour travailler… (à Sam) : Hermano, trouve-nous une baraque.

Sam :
Okay boss.

Il s’éloigne. Zykë et Msieu Poncet entrent dans le café.

 

(À suivre)

 

Zykë L’Aventure – Le film (10)
Zykë L’Aventure – Le film (12)

6 Responses to Zykë L’Aventure – Le film (11)

  1. Salifela

    Pour le chapitre Fièvres on imagine un mix de plans très contrastés les uns aux autres, d’un côté la chaleur de l’Afrique évoquée dans cette chambre d’hopital, celle des éléphants et des grands fauves autour du marigot, sur fond de soleil rouge accroché aux pentes du Kilimandjaro, celle des palâbres regroupés sous l’ombre du baobab, ou encore d’une piste de laterite rouge poussiéreuse qui serpente entre deux murs de jungle, du mouvement saccadé des boubous bigarrés des femmes qui pilent le manioc en cadence… la musique de Salif Keita née dans la savane malienne pourrait bien coller à cette atmosphère…
    https://www.youtube.com/watch?v=zXw1MaKlJ_0

    De l’autre dans la grisaille de l’hiver belge, son crachin poisseux et glaçé, son ciel bas avec sa lumière veloutée d’antracite, le silence opressant d’une immense plage de la station balnéaire déserte, luisante sous la pluie.
    La musique de Fela, pape Nigerian de l’afro rythme, à tendance gangsta, évoquant l’atmosphère enfumée des bouges de Lagos, pourrait quant à elle coller à l’esprit Zykë et son délire fièvreux africain… c’est au choix donc, mais j’espère ne pas trop anticiper sur le récit !

  2. Carlito's way

    Ou alors les congolais Franco et le Tout Puissant OK Jazz : avec les chansons « Liberté », « Suite Lettre N° 1″, « Mario », « Sadou »…

    https://www.youtube.com/watch?v=A1LNi0AtwWw

    https://www.youtube.com/watch?v=OZ-mfD5gifg

    • Oliv’

      Ça fleury bon le marché au poisson de Brazzaville, ou celui vaudou de Lomé, ou bien celui de Cotonou, ou encore Libreville… Est-ce dans l’esprit de la Zykë-attitude…faut voir (comme aurait dit Gainsbarre ) en tout cas c’est plutôt sympa à écouter tout ça, ambiance de fête dans l’hexagone, pas vrai?
      – On est les champions, on est les champions, on est, on est, on est les champions !!…

  3. Carlito's way

    la rumba congolaise est du même niveau qu’un fela kuti, que james brown ou les papys cubains !!

  4. Carlito's way

    ou que le konpa haïtien !!!

  5. Christophe

    Voilà un récit agréable, pourvu qu’un film en sorte !

    Au fait, M’sieur Poncet nous fait des cachotteries : Il semble que le roman Alma va sortir début septembre chez taurnada… :-)

Laisser un commentaire