browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Zykë L’Aventure – Le film (26)

Publié par le 27 octobre 2018

 

Adapté du roman Zykë L’Aventure, Thierry Poncet, éditions Taurnada.

 

EXT Jour, pont

Un jour gris se lève sur le canal.

GP sur les mains de Zykë qui tiennent un paquet de feuilles dactylographiées. On remarque que les « n » sont ajoutés à la main.

Zykë termine l’avant-dernière page, passe à la dernière. Le texte occupe les trois quarts de la page. En bas, on peut lire « FIN », le « N » majuscule étant tracé à la main.

Le plan s’élargit. Les deux hommes sont assis sur des cartons au bord de l’eau, près du « bureau » de cageots de Msieu Poncet. Zykë, bonnet péruvien ridicule en haut du crâne, tend le paquet d’une dizaine de pages à Msieu Poncet.

Zykë :
Bien.

Msieu Poncet ajoute la dizaine de pages aux quelques 300 du manuscrit et fourre le tout dans un sac plastique de supermarché. Zykë se lève péniblement.

Plan sur l’eau du canal entre ses berges de béton gris, le dessous du pont, avec ses graffitis et deux ou trois squatteurs écroulés sur des lits de fortune.

GP sur le visage de Zykë qui regarde cette tristesse.

Zykë ôte le bonnet de sa tête et le jette dans le canal. Plan sur le bonnet qui s’éloigne doucement.

Zykë :
C’est fini, fils. Viens, on se casse.

Msieu Poncet se lève. Les deux hommes gagnent l’escalier sans un regard en arrière.

Susan, allongée à même le sol, se réveille en sursaut. GP sur son visage alors qu’elle les regarde partir. Elle marmonne quelque chose d’incompréhensible, puis hausse les épaules et se recouche.

 

EXT Jour, autoroute.

La Rolls roule sur une autoroute.

 

EXT Jour, aire de repos

La Rolls sur un parking de station service, le plus éloignée possible de la boutique et des pompes, parmi les détritus. Zykë et Msieu Poncet viennent de se faire un shoot. Zykë balance sa seringue et sa cuiller, fait signe à Msieu Poncet d’en faire autant. Msieu Poncet l’imite.

Zykë montre un petit paquet de poudre.

Zykë :
Reste ça. On la sniffera. Il faut commencer à décrocher.

 

EXT Jour, autoroute

La Rolls roule sur une autoroute. Un panneau indique « Paris ».

 

EXT Jour, rue

La Rolls dans une rue de Paris. Elle se gare devant l’immeuble de VSD, sur un bateau, de traviole, juste devant le panneau de stationnement interdit. Zykë et Msieu Poncet en sortent.

 

INT Jour, accueil VSD

La réceptionniste : une dame mure en robe satinée, rouge à lèvres assorti, carré Hermès sur des fanons naissants. Face à elle, Zykë et Msieu Poncet, sales, barbus et épuisés, ont l’air de deux pouilleux.

La dame (fronçant le nez) :
Monsieur Siegel est absent. Je ne peux pas vous laisser entrer. Le mieux, c’est de téléphoner.

Zykë :
Je suis Cizia Zykë.

La dame :
Le mieux, c’est de téléph…

Zykë :
Fait pas chier, Pomponnette.

La dame :
Mais je…

Zykë :
Ta gueule.

Zykë jette le sac qui contient le manuscrit d’Amsterdam Zombies sur le desk.

Zykë (à Msieu Poncet) :
On va laisser un mot.

Msieu Poncet prend un bloc de post-it et un stylo sous le nez de la dame réprobatrice.

Zykë (dictant) :
Salut François. Voilà le bouquin que tu m’as demandé en septembre…

Msieu Poncet (écrivant) :
Bouquin… sept… tembre…

Zykë :
Disposes-en comme bon te semble…

Msieu Poncet :
Comme… te semble…

Zykë :
Et torche-toi avec…

Msieu Poncet :
Et t…

Zykë :
Je déconne !

Msieu Poncet :
Ah…

Zykë :
Amitiés… Passe que je signe.

 

EXT / INT Jour – nuit, Rolls

Musique : Knock knock knoking on heaven’s door.

La Rolls roule sur des routes du sud. À son bord, Zykë et Msieu Poncet conduisent tour à tour. Ils sniffent.

Port de Barcelone, le soir. La Rolls entre dans la cale du ferry

Petit matin. Les deux hommes accoudés au bastingage regardent s’approcher l’île de Menorca en s’échangeant une bouteille de scotch.

Knock knock knocking on heaven’s door…

 

EXT Jour, Bini Pati Nou

La Rolls franchit la grille ouverte par Miguel.

La Rolls se range dans le garage. Zykë et Msieu Poncet en descendent.
Miguel accourt depuis la grille.

Miguel :
Bienvenue, Señor.

Zykë :
Bonjour, Miguel.

Miguel :
Señor, je voudrais savoir, pour le mur…

Zykë :
Laisse tomber le mur, Miguel. Je suis très content de ton travail. Tiens, pour ta peine…

Il donne à un Miguel à la fois incrédule et réjoui une épaisse liasse de billets.

Les deux hommes entrent dans la maison.

Knock knock knocking on heaven’s door…

 

INT / EXT Jour – Nuit, Bini Pati Nou

Musique.

Les deux hommes, lavés et rasés, errent dans divers coins de la propriété : la grande salle, le bureau désormais inutilisé, le jardin aux massifs abandonnés.

Ils sont silencieux, boivent beaucoup de gin au goulot de flacons de terre cuite et fument sans arrêt d’énormes joints.

Dans le parc, Miguel les regarde déambuler sans comprendre.

Une scène montre Msieu Poncet en train de regarder la pluie tomber par une fenêtre, sirotant du gin, tandis qu’en arrière-plan Zykë est au téléphone.

Zykë :
Une Rolls-Royce, oui… de collection… Silver Cloud, 1968… Bien… L’annonce paraîtra quand ?…

 

INT Jour, maison

Plan sur le téléphone qui sonne. Zykë décroche.

Zykë :
Oui… Très bien… Eh bien disons dans trois jours… Le 24, oui… Devant la gare, très bien…

Il raccroche et répond à la question muette de Msieu Poncet.

Zykë :
Bordeaux.

 

EXT Jour, Bini Pati Nou

La Rolls franchit la grille tenue ouverte par Miguel puis s’éloigne sur le chemin.

Miguel la regarde disparaître. Pris d’une impulsion, il se décoiffe de son béret et l’agite frénétiquement, puis il tourne sur lui-même, comme fou, et se claque plusieurs fois les cuisses d’un geste désolé.

Knock knock knock…

 

EXT Jour, rue de Bordeaux

La Rolls garée, capot ouvert. Un petit homme chafouin à toque d’astrakan qui examinait le moteur se redresse et referme le capot.

Petit homme :
Parfait.

Il porte en bandoulière une boîte de plastique, du modèle de celles qui renferment les caméras vidéo. Il s’en défait et la tend à Zykë qui lui donne en retour la carte grise.

Petit homme :
Vous voulez vérifier ?… Si vous voulez que nous rédigions un contrat de vente ?…

Aux deux questions, Zykë répond en secouant négativement la tête.

 

EXT Jour, rue de Bordeaux

Zykë et Msieu Poncet regardent la Rolls s’éloigner et disparaître au coin de la rue.

Zykë et Msieu Poncet s’éloignent en direction de la gare. Tous deux portent de maigres sacs. Zykë a un Paris-Turf plié sous le bras

Plan sur l’esplanade de la gare Saint-Jean et l’enfilade de bistrots qui lui font face, dont le P.M.U. « Le Lambert ».

Zykë et Msieu Poncet entrent dans le Lambert.

 

INT Jour, Lambert

Zykë et Msieu Poncet attablés. Zykë ouvre la mallette, prélève grosso modo la moitié des billets qui s’y trouvent, pousse la mallette vers Msieu Poncet, qui la referme et se la met à l’épaule.

Msieu Poncet :
Merci.

Zykë :
Un plaisir.

Silence. Les deux hommes se regardent.

Zykë tend la main par-dessus la table. Msieu Poncet la lui serre.

Msieu Poncet :
Merci.

Zykë :
Un plaisir.

Zykë déploie son Paris-Turf. Après un instant, Msieu Poncet se lève puis gagne la sortie. Sur le pas de la porte, il se retourne vers Zykë mais celui-ci ne lève pas le nez de son Paris-Turf.

 

EXT / INT Jour, gare

Tandis que Msieu Poncet traverse l’esplanade, entre dans la gare, se place dans une que face à un guichet, longe le passage souterrain qui mène aux voies, on voit des flashes back :

La Mercedes sur les routes ensoleillées d’Espagne.

Driss, le valet borgne, en train de raser la tête du pauvre Bouli.

Zykë, Sam et Msieu Poncet en train de se marrer et d’échanger un joint à bord de la Rolls.

Les jeunes femmes thaïlandaises aux seins nus dans la pénombre rayée de soleil du store.

Msieu Poncet, s’étant cassé la figure, atterrit dans un ruisseau avec sa mule.

Msieu Poncet tape à la machine au Maroc. Msieu Poncet tape à la machine en Belgique. Msieu Poncet tape à la machine aux Baléares…

Musique, knock knock knock, tu m’étonnes…

 

EXT Jour, quai de gare

Knock, knock knocking on heaven’s door…

Msieu Poncet est assis sur un banc le long des voies. On le voit de dos. Ses épaules tressautent. On ne sait s’il rit ou s’il pleure.

La caméra vient le prendre en face. On voit qu’il rit.

Gros plan : il y a des larmes qui coulent sur ses joues.

Knock knock knock…

En fait, c’est les deux : il rit comme un fou et chiale comme un perdu.

Devant lui passent des gens anodins, tirant des valises, vêtus de gris et de brun.

 

FIN

 

Générique de fin, split screen.

À gauche défilent les crédits, à droite des photos des vrais Zykë et Msieu Poncet. Zykë en boxeur, Zykë et la Rolls, Msieu Poncet armé d’une Kalachnikov, Zykë et Msieu Poncet au travail à Bini Pati Nou, etc…

Ainsi que des extraits d’interviews télévisés de Zykë :

 

Zykë à Apostrophes :

Bernard Pivot :
D’abord, pour vous, il n’y a pas d’interdit.

Zykë :
Voilà.

Bernard Pivot :
Ça veut dire quoi, ça ?

Zykë :
Ça veut dire que je fais ce que je veux…

 

Zykë à Nulle Part Ailleurs :

Philippe Gildas :
Vous avez décidé de faire la peau à SAS, hein, le prince Malko Linge ?

Zykë :
C’est la vérité. Il y a deux raisons à cela…

Philippe Gildas :
La première, c’est que vous dites que ça a écrasé depuis 25 ans le marché de l’aventure, et la deuxième raison ?

Zykë :
Une raison personnelle. Je vais me faire un petit plaisir : c’est un trou du cul.

Philippe Gildas :
SAS ?

Zykë :
Non, de Villiers.

Philippe Gildas :
Ah, l’auteur.

Zykë :
Oui. En d’autres lieux, je lui aurais sans doute botté les fesses ou l’aurait invité à un duel…

 

Interview Zykë indépendante, « À propos de la liberté » :

Zykë :
Il est très difficile d’être libre. Tu le payes à chaque moment de ta vie. Tu n’as pas le droit d’être libre. Parce que les gens qui ont fléchi te reprochent ta liberté… Je suis fier à mon âge de ne rien posséder.

Et cette fois : THE END, my friends…

 

Salut potesses et poteaux.

Voici que se termine (alors que sur ma forêt s’abattent les premières rafales d’automne, ben oui) ce qui fut notre « feuilleton de l’été », commencé le 1er mai dernier, ça ne nous rajeunit pas, eh non.
Avant tout, merci à tous ceux qui, par leurs commentaires et leurs suggestions de musiques, sont venus embellir mon propos. Thanks, folks !
Ce scénario intéresse déjà plusieurs réalisateurs qui se sont mis à la chasse aux producteurs, aussi il n’est pas impossible que vous découvriez un jour les tribulations de ce brave Msieu Poncet sur grand écran ou au fil d’une série télé.
En attendant, pour ceux qui n’auraient pas encore lu le bouquin, deux infos : 1) y’a dedans beaucoup plus d’anecdotes, de voyages et d’occasions de rigoler que dans le scénario ; et 2) il est toujours disponible !
Je termine en ce moment d’écrire un thriller, La Machine à Brouillard, qui paraîtra chez mes chers Taurnada en 2019, aussi le blog va-t-il prendre quinze jours, trois semaines de congé.
On se retrouve donc aux approches de l’hiver pour un nouveau feuilleton : l’adaptation de mon roman Haig, Le Secret Des Monts Rouges : aventure, action, Cambodge, belle fille, joyeux copains, plaies et bosses, tout ce qu’on aime…
Donc, selon l’expression consacrée : à bientôt pour de nouvelles aventures !

Thierry Poncet

 

Zykë L’Aventure – Le film (25)

4 Responses to Zykë L’Aventure – Le film (26)

  1. ALEKOS

    Trois semaines de congé ?! Franchement Thierry tu abuses….

  2. Laurent B.

    C’est toujours avec un petit pincement que l’on referme un bon bouquin, en l’occurrence un bon scénar…

    Tiens pour t’encourager dans ta recherche de casting, comme quoi il va falloir persévérer…

  3. Bob

    Depuis son Nobel il y fort à parier que le tarif pour avoir Dylan au générique se soit envolé donc dans le cas ou le budg* serait limité j^ai pensé à un plan B – voir ci-dessous – qui serait sans doute meilleur marché,,, et plus franchouillard,

    L’important au final c^est que le film soit placé sous le signe du Rock N^Roll !

  4. Christophe

    Merci.

Laisser un commentaire