browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

ZYKË – L’AVENTURE — 01 : « Charlie est mort »

Publié par le 1 février 2016

(à Véronique Vauchel)

 

A Bordeaux, le quartier avait changé…

Chers poteaux et potesses, j’efface aujourd’hui 24 août 2018 le texte originel de « Charlie est mort ». Non seulement je n’avais pas retenu celui-ci pour la version définitive de Zykë L’Aventure, le récit, mais encore il a servi de base à la préface de l’ultime Zykë, laissé inachevé par lui et terminé par mes soins, Alma, parution chez Taurnada le 06 septembre.

Je laisse la petite dédicace à Véronique Vauchel, fidèle et pointue lectrice, qui fut la première à me féliciter lors de mes débuts en Zykë L’Aventure. Salut, Véronique…

 

 

 

Zykë L’Aventure, enfin !
ZYKË - L’AVENTURE — 02 : Embarquement immédiat

22 Responses to ZYKË – L’AVENTURE — 01 : « Charlie est mort »

  1. Véronique

    Il est six heures , je me réveille , j’ouvre l’ordi , je vous lis……Je me laisse bousculer par les mots crus qui voisinent avec un imparfait du subjonctif, ce décor inquiétant et je retrouve l’atmosphère que je connaissais , et Charlie que je vois cette fois à travers vos yeux…..oui je veux savoir comment vous l’aimiez ou parfois le détestiez peut-être….Je veux toucher du doigt cette complicité que vous avez eue tant d’années , plus longue que celle d’un couple aujourd’hui !Je découvre un homme papa , apaisé, tranquille , Est-ce bien le même?, celui qu’il n’avoue pas, celui qu’il ne montre pas sauf à vous….J’attends avec impatience , votre regard sur ce duo qui m’a fait voyager et frôler un monde d’aventures dangereuses mais palpitantes…….

  2. Ben

    Un grand merci pour ces pages et celles à venir (et celles passées!)

  3. Marie-Christine ZOLEZZI

    Merci de partager avec nous ces moments, cette vie que vous avez traversée avec Charlie. Je croise parfois ses fils qui grandissent près de chez moi, à Menton où il n’est jamais revenu…. J’aurais aimé le revoir.
    Bonne journée Thierry et continuez de nous faire partager ce que ses livres ne nous ont jamais dit.
    Continuez aussi d’écrire et de nous enchanter de vos propres récits.
    Amicalement.

  4. lacourtablaise david

    Merci thierry pour ce grand moment d emotion

  5. Thierry

    Merci mr Poncet

  6. Nicolas Delmas

    Merci !!!! Vivement la suite ! Ils sont cons ces éditeurs, un bouquin sur Charlie, ça aurait été génial et il le méritait amplement. Il faut croire qu’ils ont pas apprécié son humour :-), ça me rappelle les pages du personnage qu’il avait inventé pour se représenter lui-même dans « Paranoïa », l’homme aux émeraudes…je ris à chaque fois, d’ailleurs, ce bouquin était fait pour être adapté, à mon avis.
    J’habite Bordeaux et j’ai croisé Zyke maintes fois, un jour, j’étais assis à côté de lui dans un bar, brasserie, PMU, près du stade de foot…j’étais chamboulé et jamais je n’ai osé lui parler, quel dommage ! C’est vrai que St-Michel s’embourgeoise…J’y vis et je vois débarquer les bobos, plus que des bobos d’ailleurs.
    J’aimerais bien savoir mais vous ne me le direz pas et vous aurez raison, sous quel nom il vous avait affublé pour le périple de « Sahara » :-)
    Encore merci et bonne continuation.

  7. Thierry Poncet

    Merci à tous !
    Salut, Nicolas, merci à toi aussi pour ton message si sympa, qui m’inspire quand même quelques réflexions.
    Un : le bouquin, il est là. Ils n’en veulent pas, tant pis pour eux. Mais moi, je tiendrai le coup et vous aurez votre épisode chaque semaine, non mais !…
    Deux : vous auriez vraiment du engager la conversation au PMU près du stade. De ma vie, je n’ai jamais vu Zykë rembarrer quelqu’un qui s’adressait respectueusement à lui.
    Trois : je me souviens de petits restaus de Saint-Michel, soupe de restes, hors d’oeuvres, plat, le pinard épais à volonté, tout ça pour 10 balles.
    Quatre : pour Sahara, patience, patience…

    • Fred

      Bonjour Thierry
      Très touché à nouveau par le ton sans fioriture,brut,sauvage et concis.

      Ces éditeurs sont vraiment des nazes !

      Cizia Zyke a boosté mes 25 ans de l’autre siècle
      Merci pour le partage…l’aventure continue!

  8. Kévin

    depuis le temps que je l’attendais ce début! super bien écrit comme d’hab, et ça lève un peu le voile sur Zyke, super!

  9. Nicolas Delmas

    Réponse à Thierry Poncet :
    -J’espère bien que je vais continuer à vous lire !!! C’est couillon, j’ai pas d’imprimante et j’aime bien avoir le support papier, lequel support arrivera, je vous le souhaite. On trouve pas mal de choses concernant les éditeurs indépendants sur le net. Et pas mal de petits éditeurs à la campagne ( et en ville !), je ne vous apprend rien !
    -Ce jour là, je le voyais pour la première fois, j’ai tourné la tête, comme ça et puis vînt l’apparition ! Je n’y croyais pas de prime abord, mais, discrètement, j’ai remarqué la bague, le tatouage…Je savais qu’il appréciait le foot. Il avait l’air concentré sur un journal, seul… Personne, hormis ma petite personne ne l’a reconnu ! Je crois que j’avais peur du colosse, de sa vie tumultueuse ! Tout de noir vêtu il était, belle chemise ouverte laissant apparaître la pépite…et la grande classe. C’était il me semble avant « Les aigles ». Je l’ai vu « traîner » ensuite aux Capus, Cours Victor-Hugo où il avait ouvert une petite sandwicherie, en face, s’est ouvert en même temps un excellent resto italien, qui existe toujours, je me suis dit qu’il lui appartenait, pensant à « Parodie » ! je suis souvent aller manger au « petit commerce » mais là, je ne l’ai pas croisé. J’ai rencontré un gars qui lui avait parlé lui ! Je suis plus sûr de moi aujourd’hui, mais il n’est plus là…Vous le faîtes revivre et de très belle manière puisque vous avez du talent (j’avais oublié de vous le dire…). Quand je me balade rue Kléber, je pense à lui, là, ça n’a pas trop changé mais ça va venir…
    – Je suis sûr que j’ai mangé dans les mêmes cantines ouvrières de St-Michel que vous, comme « Le Caneton », il n’en existe plus aujourd’hui…Seul subsiste, vaille que vaille, rue des Faures, le petit portugais pas cher et puis aussi, le bar-tabac espagnol qui résiste à la gentrification…J’ai du bol, mon immeuble a pas été racheté par le crâne d’oeuf qui dirige la ville. La mairie a acheté nombre d’immeubles, les a rénovés, a quadruplé les loyers et viré ceux qui gênent le regard des bourgeois loin en banlieue. Un jour,ce sera peut-être comme Saint-Pierre, mais ça prendra plus de temps, y’a des rebelles à St-Mich’, mais ça a aussi du bon ! Moins de bagnoles, plus d’arbres et la place est jolie. Sauf que, maintenant, c’est 4500 euros le mètre carré au lieu de 1200…Pour rien au monde je ne quitterais ce quartier authentique et bariolé.
    – Je patiente !!!
    Cordialement.

  10. eddy

    C est parti ! Merci Thierry !

  11. LECHAUVE Dominique

    moi je vais imprimer , et je prendrai le temps de te lire d’un coup comme « Haig  » hier soir. Et oui mon poto, j’ai finis le livre, enfin relu entièrement la version papier.
    Bises à vous deux et merci pour le café

  12. Laure

    Mon cher Thierry,

    Eh bien c’est à moi que tu tires la larmichette…
    Un texte si beau, si touchant.
    Quel bel hommage rendu à ce géant !
    Oui il faut le dire, un géant de bonhomme et d’écrivain.
    Une intelligence hors du commun.
    Avec les couilles du plus grand des conquérants.
    A la conquête du monde avec comme seul bagage son regard acéré et son esprit plus vif que l’éclair.
    Le panache à l’état pur.

    Et c’est tellement bon de le retrouver en te lisant.
    Moi ce qui me plaisait parmi tant de choses, c’est que finalement, il employait une bonne partie de ses journées à essayer de me faire marrer.
    Des conneries en rafales…
    Et les fous rires qui vont avec…

    Zykë le pudique.
    Aujourd’hui, je peux bien le dire, il ne m’en voudra pas.
    Jamais un homme ne m’a donnée autant d’amour, d’attention et de tendresse.
    Jamais.
    Cette brute épaisse, toujours incomprise des maisons d’édition, était bel et bien un poète d’une extraordinaire sensibilité.
    Trop humain et trop inadapté pour cette société.
    Ne comprenant pas que les hommes puissent être à ce point des « pleutres », pour le citer.

    Un grand merci Thierry pour tes textes.

    Bisous

    Viva la Révolucion !!!

  13. Jc

    Salut Thierry, quand j’ai ramene ton bouquin de ce petit coin du Cambodge tu sais , avec ma chemise Z ….je l’avais lu , biensur, et c’est un ecrivain qui ecrivait deja . Tu le prouve encore ici.

    Je me rappelle ma premiere rencontre avec un de ses grouillots de l’edition, moi tout seul rue du Cherche Midi, des encules. Ils sont toujours les pareils.

    Amities camarades.

    Si tu passe dans le coin, mi casa …

  14. Sam

    Je me régale mon salaud

  15. Rosler-ZYKE

    Cher Thierry,

    Merci infiniment pour être là,retracer les aventures de papa, et les faire perdurer.

    Papa et toi étiez inséparables,et jusqu’au bout il à eu un respect immense pour toi.
    Tu restera Le Fidèle, et L’Ami pour toujours.

    Nous,les enfants de Cizia : moi : Alan,Sarah,ma soeur, et mes frères :Chris, et Gary,nous te portons tous dans notre cœur.

    tu es la mémoire et le cœur de notre papa.

    Merci Thierry.

    Mes chaleureux et infinis remerciement.

    Alan rösler-ZYKË

    • Eric

      Hi Thierry.
      Suis actuellement au Sri-lanka et tombe par hasard sur ton blog.
      Ça m’a fait chaud de revivre un instant ce passé partagé avec Cizia en Asie du sud-est. Ça avait commencé d’ailleurs à Bidart, où j’allais certains après-midi fumer un pétard chez lui. Sarah était alors haute comme trois pommes. Cizia et moi préparions un projet en Guyane, pour en fin de compte partir pour le Vietnam. Toi Thierry, tu es ensuite venu nous rejoindre au Cambodge.
      Que de souvenirs…
      Tuan Éric, le para à la gueule cassée…

  16. DEPETRIS

    Thierry…. Pour avoir accompagné ce grand bonhomme dans ses aventures, pour nous avoir donné tant de bons moments de lecture et d’évasion, pour avoir raconté la vie de leur père à ses enfants et fait perdurer la mémoire..Tu mérites le RESPECT et un grand MERCI. Si les pantins du fric ne vous ont pas témoigné de reconnaissance, vos lecteurs eux, restent fidèles. J.Jacques

  17. Oliv'

    Ben… c’est pourtant vrai ça ! depuis :  » Golfito enfin… nous descendons du bus fourbus et écoeurés. » … jusqu’à un certain PMU devant la gare de Bordeaux.
    Les aficionados aprécieront le voyage de Juan Carlos – alias Charlie – et du sieur Poncet…
    Quel P… de beau voyage !! merci Thierry de maintenir vivants et de partager ces souvenirs !

  18. astratoff damien

    Salut Monsieur Poncet , Reprendre le Baluchon avec Ton Roman « ZYKE ,L’Aventure » à été un délice jubilatoire.
    Biberonné par les romans de Cizia depuis ORO , j’apprécie de percer une partie du mystère de cet homme hors norme , de connaitre enfin Son copain d’aventure ,son « Secretaire » et Vos méthodes de travail (pour le moins singulières , efficaces , tranchantes ).
    Je m’interroge ; As tu participé a l’écriture d’ Oro & Co ? car le verbe m’a paru « Fade » , par contre je considère « ZYKE , l’aventure » , Ton Roman ,comme la digne suite de la Trilogie vécue.
    Chapeau Bas l’Ami Poncet !
    Je vais me jeter sur les « Haig » que je ne connaissait pas , que tes droits d’auteurs mérité remplissent la caisse de bord.
    Amitiés
    Damien

  19. Gradu Bide

    Bonsoir

    Je ne veux pas être insistant mais est ce qu’Alma est toujours prévu d’ici la fin de l’année ?
    Je relis « vos » autres livres mais je suis un peu impatient

    Gradu

Laisser un commentaire