browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Cinq jours et des moiteurs – 03

Publié par le 13 mars 2019

 

Cinq jours et des moiteurs – 03
Un récit du Pacifique sud par Laurent Gourlez

 

Jour Quatre (?…)

Direction le quartier chinois.
Porc grillé, bière glacée, une autre bière glacée, régal de petit déjeuner.
Je suis aux aguets car j’espère voir Marinella passer au hasard avec ses copines, me rincer l’œil en sachant que plus tard je la caresserai.
Une troisième bière, tout aussi fraîche. Dieu que cette journée s’annonce faste !
Les habituels Chinois jacassent au fond de la salle. Par-dessus j’entends des rires de Tahitiens, des gars qui sont en veine d’une bonne pêche.
Je raque, sors.
Un Tahitien me dit bonjour par un haussement de sourcil. Je réponds idem.
La rue grouille de monde, pêcheurs, maraîchers, marchands de tout poil sont à leur affaire. Des femmes préparent des bouquets de fleurs, d’autres arrangent la présentation de l’étal de fruits. Braves gens dont en fait je ne sais rien et ne saurai jamais que peu. Barrière de la langue. Mur infranchissable tout de voyelles construit et très difficile à franchir pour une oreille européenne. Même des Blancs mariés à des Polynésiennes ne parlent pas la langue – bien plus tard une Wallisienne me donnera une explication possible à ce phénomène, mais n’anticipons pas…

Je contourne le marché et évite de justesse un angle de rue où traînent des fous furieux. Un groupe de quatre ou cinq aux yeux qui guettent, cherchant la merde. Des hommes dangereux pour lesquels la taule de Nuutania est un lieu de repos. La vision des murs de cette prison m’avait donné froid dans le dos. Comme le Camp-Est de Nouméa. Non pas que l’administration française y soit plus féroce qu’ailleurs, mais les gars dedans, des tigres en cage, transforment l’endroit en un film de science-fiction.
Je passe sagement mon chemin.

Où me jeter ce matin ?
Me vient en mémoire un bar en bas d’immeuble tenu par un bandit notoire qui est le sosie de Vittorio Gassman.
Doumé, c’est son nom.
Rencontre des années avant. L’homme inaugure son cabaret, me voit avec un appareil photo :
– Votre nom ?
– Konstantin !
– Konstantin, hein ?… Eh bien Konstantin tu es mon invité !
Il disparaît. Tout le monde attend. Un amas de raides bourrés ou presque bourrés des deux sexes. La sono joue Take The A Train. Au bout d’un moment, Doumé sort de derrière le drapeau corse qui couvre une porte. Il a revêtu le smoking de rigueur pour le boss. Les filles applaudissent. Doumé brandit le Champagne pour moi et pour les autres.
Putain de toi, Doumé !
Le rédac’chef me demandera le lendemain :
– Tout s’est bien passé à l’inauguration chez le truand ?
– Tout.

Je me retrouve le bar sans effort. Ça fait des mois que je n’ai pas arpenté cette ville, mais mes pieds y trouvent leur chemin sans effort.
Je cherche Doumé des yeux, en vain.
La serveuse, une Kabyle, m’apprend qu’il est en France pour raison de santé. Elle est bizarrement familière avec moi.
– Je te sers quoi, poursuit-elle ?
– Une bière, je te prie.
Je bois avec application. Papeete : littéralement « la corbeille d’eau ». Sacré clin d’œil à ce pays où il fait si souvent soif ! Je m’en amuse intérieurement tout en réalisant que je ne sais plus si je dois prendre l’avion dans une heure ou si j’ai loupé le vol, ou si je dois faire quelque chose et, dans ce cas, ce que je dois faire. Je me dis que l’oisiveté est définitivement la mère de tous les vices et je m’en branle à deux bras.
J’allume une sèche. Dehors, au loin, il y a l’île de Moorea. Plus près, des roulottes de marchands ambulants de bouffe pour pauvres et la foule ordinaire des badauds en quête de rien.
Parti comme je suis, risquant d’être mûr avant midi, j’éprouve un besoin impérieux de compagnie. Je tente le coup, demande à la serveuse si je peux téléphoner.
Elle se met à rire :
– Oui, bien sûr !
Au bout du fil, l’accent marseillais est tellement fort qu’il éclate au travers d’un simple « ouais ? ».
– Ange ? c’est Konsse…
– Oh misère, t’es où ?
Je lui explique qu’il a intérêt à se magner s’il veut qu’on cause car, au train où vont les choses, je ne pourrai bientôt plus parler.
– Chez Doumé, articulé-je comme je peux avant de raccrocher.

Une heure plus loin l’Ange arrive. Il m’en serre cinq. Ce gars-là vient du XVIème. Pas de la bourgeoisie parisienne mais De L’Estaque.
– T’es un enculé Konsse, t’aurais pu prévenir. Mais j’ai plaisir à te revoir, je te pardonne va !
Il demande à la poule une mominette de pastaga pour lui, et un « vrai » pour moi. Je n’ai pas le choix.
Ange est un poème. Il a le rire facile en plus d’être malicieux. Il se fend la gueule.
– T’es à payolle ?
Je lui explique que je suis en transit pour chez les Wallous.
Il finit cul sec, la serveuse passe.
– Oh tu en remets une, j’ai la nouvelle de l’année, lance-t-il.
Elle lui caresse l’épaule comme pour l’aider à s’épancher, pour lui masser l’esprit.
– Konsse part chez les fadas !
La Kabyle me regarde.
– Où vas-tu ?
– Mata ‘Utu !
Elle éclate de rire et je pense : « Hadda ».
J’ai une soudaine remontée de mémoire, me vois essayant d’emballer Hadda lors d’un concert avant qu’elle ne m’apprenne être l’amante de Doumé. Bonne fille elle ne m’en avait pas voulu. Je la soupçonne partie d’Algérie en toute urgence pour cause d’incompatibilité d’humeur avec quelque mari ou amant violent, d’être venue se perdre à Papeete plutôt que de bosser à Marseille ou Paris comme bon nombre de ses congénères.
De Tizi-Ouzou à Tahiti…
Une femme de combat, assurément. De toute évidence elle tient à de main de maître et à la fois discrète l’affaire du Corse. Son accent est marqué et son corps trahit quelqu’un de vif autant que sensuel. De nouveau conquis, je fixe son visage racé qui révèle un caractère peu commun, puis détourne le regard pour n’être pas inconvenant. Dans une autre vie peut-être…
L’Ange me ramène à la réalité par un de ses bons mots.
– Tu vas finir poivrot ou pédé, y a que des deguins là-bas !

Un grand type arrive, efflanqué. Pas besoin de présentations : Olive est dans la place. On se serre la paluche.
– Konsse.
J’ai l’impression de l’avoir quitté hier. Play it again Sam !
Il commande un verre, me cligne de l’œil.
– Jacqueline arrive.
– Quoi, Jackie ?
– Jackie.
Les deux compères explosent de rire.
J’ai vécu avec Jackie un petit bout de temps. Elle se partageait entre ma pomme et un ami italien d’origine, Guiseppe, sergent-chef du génie de la Légion qui venait de prendre sa retraite après avoir eu Mururoa comme dernier poste. Un coup c’est toi, un coup c’est moi. L’ancien et moi avions conclu cet accord informel autour d’un verre en riant de bon cœur comme deux larrons après une blague. Jackie, généreuse, avait donné son aval.
Jackie est franche comme un soldat. Elle rayonne de bonté et de bonheur. Elle est issue d’une famille connue et cossue, métissée de Chinois, Blancs et d’Océaniens. Dans toutes les communautés de l’île, des cousins sont prêts à mourir pour elle. Résultat : tout le monde lui fout la paix pour y rester, en paix.
Elle arrive, m’embrasse, s’assoit à mes côtés. Son accent de Demie, avec ses roulements de rrrrrr me ravit l’oreille.
Je suis heureux de la revoir, bien sûr, mais je commence à trouver l’addition un peu lourde question beuveries et vie sentimentale ou plutôt sexuelle. Comme une impression de chaos psychologique.
Hadda me tire de mes idées noires en servant une tournée offerte par Jackie qui, bien évidemment, me demande si je suis de retour ou de passage. Ange sèche son énième mominette et hurle :
– Kons va chez les fadas, il est dingue, je vous le dis !
Et me voilà à expliquer les raisons de mon escale. Jackie s’en amuse et me glisse que cela ne l’étonne pas, que je vivrai encore ainsi des années durant. Tandis qu’elle roule les rrrr, je mate son cou, ses lèvres son visage, son corps, son âme.
Je demande des nouvelles de Giuseppe. Reparti en Italie pour un temps. Reviendra-t-il ? Le regard de Jackie se vide.
– Giuseppe…
Elle botte en touche :
– Il fait faim nous devrions manger avant d’être saouls comme des cochons !
Hadda se met à rire. L’affaire s’annonce chaude. Désolée, ne pourra se joindre à nous, travail oblige. Nous partons à quatre dans un restaurant tenu par deux frangins, eux aussi de Marseille, comme l’Ange.
Il pousse la porte :
– Oh l’Ange, comment va ?
La salle est occupée à 90% par des employés de bureau, quelques chefs d’entreprises. Niveau sonore faible. Je sens que ça risque de mal se terminer. Avec Olivier et Ange tout commence bien et à bas bruit pour se terminer en grandes claques de la main sur le comptoir pour demander au serveur de « remettre ça ».
Belote, rebelote, dix de der, petit au bout, carré de pochtrons. La machine commence à se gripper. Je n’en peux plus de toutes ses fines agapes, de ces mauvaises nuits coupées de journées en forme de nuits blanches. J’ai l’impression que je vais couler une bielle.
Olive se fend la poire de me voir éteint, me pèse de la main sur l’épaule, prévient :
– Tu restes avec nous Kons, ce n’est que le début d’après-midi…

 

(À suivre)

 

Cinq jours et des moiteurs – 02
Cinq jours et des moiteurs – 04

19 Responses to Cinq jours et des moiteurs – 03

  1. ALEKOS

    Ca sent la grosse murge.

  2. Konstantin

    Rien n’est sûr en ce bas monde, tout est possible – tant mieux.

    Cuite oui mais… l’ascèse, la vie monacale, la sobriété, tout arrive.

    Je ne ferai pas trop le rigolpince car à tout excès le retour de flamme est violent.

    La suite le montrera.

    Vie d’île. Et ton instinct ne trompe guère.

  3. Albert Quentin

    Quizz-cinoche…

    Albert : Ah parce que tu mélanges tout ça, toi ! Mon Espagnol comme tu dis et le père Bardasse. Les Grands Ducs et les Bois-sans-soif !
    Esnault : Les grands ducs !
    Albert : Oui, monsieur ! Les princes de la cuite, les seigneurs ! Ceux avec qui tu buvais le coup dans le temps et qui ont toujours fait verre à part ! Dis-toi bien, que tes clients et toi, ils vous laissent à vos putasseries les seigneurs : ils sont à cent mille verres de vous ! Eux, ils tutoient les anges !
    Esnault : Excuse-moi, mais nous autres on est encore capable de tenir le litre sans se prendre pour Dieu le Père !
    Albert : Mais, c’est bien ce que je vous reproche ! Vous avez le vin petit et la cuite mesquine. Dans le fond, vous ne méritez pas de boire !

  4. Thierry Poncet

    Le Tigre Au Printemps ?

    • Albert Quentin

      Oui… alors comment dire…il y a de l’idée, mais ce n’est pas le bon animal ! C’est pas la bonne saison non plus d’ailleurs ! Comme disait ma grand-mère : “si j’avais eu du lard je t’aurais fait une omelette au lard, mais j’ai pas d’oeufs !” Allez, essaie encore tu es sur la voie !

  5. ALEKOS

    Monsieur Esnault, je vous interdis de tutoyer mon homme barre…

  6. Thierry Poncet

    Un Perroquet En Automne ?

  7. Konstantin

    Un coq en été, au soleil levant

  8. Quartier Maitre Quentin, corps expéditionnaire d''extrème-orient

    Allez comme je vous vois en difficulté je me fends d’un dernier indice…

    En Chine, quand les grands froids arrivent, dans toutes les rues des villes, on trouve des tas de petits singes égarés sans père ni mère. On sait pas s’ils sont venus là par curiosité ou bien par peur de l’hiver, mais comme tous les gens là-bas croient que même les singes ont une âme, ils donnent tout ce qu’ils ont pour qu’on les ramène dans leur forêt, pour qu’ils trouvent leurs habitudes, leurs amis. C’est pour ça qu’on trouve des trains pleins de petits singes qui remontent vers la jungle.

  9. Thierry Poncet

    Hein, Serge nie en vain ?

  10. Konstantin

    Ouvrier typographe dans la neige

  11. Konstantin

    Bah je m’en veux de n’avoir pas tout raconté. Bon, faut avouer aussi que toute anecdote ne peut être dite… mais parfois faut savoir se faire violence. Aussi à cette heure tardive m’en revenant (pas de Nantes ni de Montaigu) mais d’une fête de village, le propos de l’un des protagonistes du récit m’est revenu en tête. « Kons je crois qu’un jour j’ai brisé ma carrière par une bévue ». Il se tait. Tu en dis trop ou pas assez mec, faut que tu craches le morcif, dis-je. Ben, un jour au Japon j’étais chargé de la sono d’Untel (pointure mondiale de la danse) et devais envoyer le son du vent dans la forêt. J’ai merdé, perdu la bande et ai soufflé à mort dans un micro avec la sono à fond. Ces putains de Japs en pingouin ont tous sursauté dans la salle. Alors viré illico. La vache si t’avais vu le stress que je leur ai mis. » Et le gars plié en deux à pleurer de rire !

    Son seul souci dans la vie est de voir sa fille, de la chercher, de la trouver. Il sait où elle est. Un peu comme dans le film dont il est question je crois.

  12. Albert

    Bien ! Je me dois de récompenser vos louables efforts…

    Alors le protagoniste ne s’appelle pas Serge mais Gabriel.
    Il n’est pas typographe ni ingénieur du son mais publicitaire ( on ne disait pas encore alors « dans le marketing »)
    L’action ne se déroule pas au Japon mais en Normandie, et sera l’occasion d’une unique rencontre cinématographique entre « le vieux » et un jeune, frais débarqué de la nouvelle vague…

    Encore quelques indices ?
    En vrac : Pension pour jeunes filles – pull over – Calvados – corrida – nuit de Chine – feu d’artifice…

    Alors ? Alors ? Va – t’on y arriver ?

  13. Konstantin

    Le singe c’est, celui qui donne des coups de pieds au cul. Ou, en argot d’imprimeur, il y a longtemps, l’ouvrier typographe, voire une presse à bras.

    Nuit câline, nuit d’amooouuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuureeeeeeeeeeeeeeeee !

    Et l’opium. Ahhhhhhhhhhhhh.

    Et le choum arghhhhhhhhhhhhhhhhhh.

    J’en ai bu à Hanoï…pas mal. Mais bon pas plus que ça. C’est fin fort, clair, exotique. C’est bien.

    Mais le mieux fut du raide frelaté à Phnom-Penh. Le cerveau était parti en courant. J’ai encore le goût du formol en bouche en y pensant.

    Mais en Océanie les loulous avaient leur trucs à eux, j’en causerai plus loin; j’ai vu des mecs tomber comme des mouches en buvant le breuvage. Et des costauds, des maousses. Faut dire qu’ils y allaient façon industrielle. Stakhanov présent ! On fonce, et en quantité. On compte pas et qu’importe le flacon…

    Mais ce qu’ils traquaient était l’ivresse des sens, liée à l’au-delà. Totale bacchanale. Ils voulaient causer à leurs dieux.

    Je raconterai.

    Comme le disait le quartier-maître, il cherchait l’ivresse. Sommes pas zalcooliques, nessepas. Le rêve, le retour aux bons souvenirs ou l’escapade des mauvais temps en attendant l’estrapade pour inconduite.

    On s’en fout

    Vive la vie !

    Clairon sonnez la soupe !

  14. Albert

    Oui Konstantin je pense que les vieux gars seront d’accord pour t’octroyer ton premier clairon d’or pour cette réponse détaillée…
    Pourras-tu confirmer et conclure avec le clairon de platine ( plus rare ) avec l’auteur ?
    Voici un bref résumé de son parcours légèrement éthylique, mais ô combien littéraire !

    Il a passé une grande partie de sa vie à Linards, village de Haute-Vienne, dans son Limousin d’adoption.

    Il a marqué le quartier de Saint-Germain-des-Prés de ses frasques, jouant à la « corrida » avec les voitures, multipliant les visites dans les bars et collectionnant les arrestations dans un état d’ébriété avancée ( Lire son roman autobiographique Monsieur Jadis ou l’École du soir).
    À la fin, souvent ses amis en étaient venus, lorsqu’ils le croisaient dans la rue, à changer de trottoir de peur qu’il ne les invite à boire un coup…

  15. Konstantin

    Premier clairon de platine du corps-mort en rade de nulle-part, j’affirme que ses amis étaient autant des salauds. Un ami est un ami jusqu’à preuve du contraire.

    Ivre ou vérolé, en costard ou en clochard un pote est un pote.

    Antoine n’a donc pas eu que des amis.

    Hommes de peu de foie.

  16. Konstantin

    Autant de salaud… à corriger donc !

  17. Thierry Poncet

    Anton Blindois ?

  18. Oliv’

    J’aime bien “hommes de peu de foie” … subtilité de l’orthographe !
    Quand à moi le seul Blondin que j’ai jamais connu disait à Tuco d’un air un tantinet narquois :
    “ le monde se divise en deux catégories: ceux qui ont un pistolet, et ceux qui creusent… toi : tu creuses ! “
    Aaah la magie de la réplique qui tue !

Laisser un commentaire