browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Wolinskinons !

Publié par le 7 janvier 2015

Au comptoir de l’hôtel du Gros-Colon sont assis messieurs Grandjaune (commerçant) et Labière (salarié expatrié); le serveur indigène en veste blanche se tient en faction devant eux ; en arrière-plan, un ventilateur de plafond tourne paresseusement.

Grandjaune :
(se curant les dents)
Monsieur, quand certains intellectuels soi-disant érudits et autres collectionneurs de journaux hors d’âge prétendent que Thierry Poncet, pour nous créer, s’est, de façon éhontée, inspiré de la série « L’Evolution De La Situation » par Georges Wolinski dans les colonnes du journal Charlie Hebdo, je ne réponds qu’une chose : vous avez bien raison !

Labière :
C’est comme moi. Je chiale…

Grandjaune :
(contemplant un bout de viande au bout de son cure-dents)
Un grand con et un petit con placés devant des ballons de rouge, échangeant des péroraisons outrageusement grandiloquentes et réactionnaires. A part le dessin de génie, le génie des dialogues et le génie tout court, monsieur, je vous le demande : où est la différence ?

Labière :
(allumant un cigare)
C’est comme moi, je chiale. Ce vieux Georges adorait les cigares…

Grandjaune :
Monsieur, quand ce genre de scribouillard, versificateur de pacotille, théâtraliseur de mirliton, ose proclamer qu’il cherche à rendre hommage à ses idoles, alors qu’il ne fait que pomper tel un cadet d’écurie les élans de génie de ses aînés les grands cavaliers, je n’ai qu’une chose à dire : faites révérence, Minuscule !

Les mâchoires serrées et le regard noir, il brise le cure-dents.

Labière :
(soufflant un nuage de fumée)
C’est comme moi, je chiale…Je vais renouveler mon abonnement à Charlie. Il faut qu’ils continuent. C’est une question de liberté. Et puis je pourrais peut-être faire une note, au bureau…

Grandjaune :
(empoignant son verre avec une sombre détermination)
Quand en plus, le père de son ami d’enfance, Mano Solo, le génial Cabu décède sous les mêmes balles, que fait cet olibrius dépourvu de toute pudeur ? Il court à son clavier, prétendant apporter sa contribution au chagrin général !

(Il vide son verre et frappe du poing sur le comptoir)

Vous n’en êtes plus aux hommages, Monsieur Poncet. Le sort et la barbarie d’imbéciles, alliés à votre incroyable outrecuidance vous placent devant ce qui s’appelle un héritage. Suivez mon conseil : soyez-en digne ! Ou pas, c’est selon…

Labière :
(Pleurant, faisant signe au serveur)
C’est comme moi. Mon cadet adorait les petits nichons des nanas de Wolinski. Elles flottent dans une mare de sang, maintenant, les pauvrettes…

(Après un doigt d’honneur, le serveur consent à remplir leurs verres, puis s’en sert un)

Tous :
(Trinquant)
Salut Charb !… Salut Tignous !… Salut Oncle Bernard !… Salut Honoré !… Salut tous les autres !…

Non mais où crèche-t-on ?
Ils l’ont cherché !

10 Responses to Wolinskinons !

  1. Olivier

    … putain les boules j’arrive pas à y croire… mon Charlie..

  2. Thierry Poncet

    Un truc m’embête, les gars. Je viens de me faire quatre heures de radio. A aucun moment ils n’ont donné les noms, fonctions, conditions de mort, des autres victimes que ceux que nous aimions. Les subalternes n’ont-ils pas droit à la même émotion que les vedettes. Ne sont-ils pas morts aussi ? La femme de ce flic anonyme qui s’est fait achever sur le trottoir n’éprouve-t-elle pas de peine ?

  3. Oliv

    C’est sùr… malheureusement il faut croire que la mort aussi a son star système.. les autres noms viendront dans les prochaines heures.
    A la mort de Cavanna je m’étais fait envoyé Charlie par mon papa – on ne le trouve pas ici – et je m’étais délecté des articles sur la genèse du journal avec Professeur Choron, Cabu et les autres, vie et mort d’Hara-Kiri le journal bète et méchant, leur réunion du mercredi, leurs engueulades épiques… toute une époque fauchée ce matin par des connards encagoulés qui nous replongent à l’àge de l’inquisition il y a 500 ans…ah les connards les minables connards excuse moi Thierry putain tu sais pas comme j’ai les glandes

  4. Laurent Gourlez

    Pas du tout été surpris qu’il ne soit question que des célébrités de Charlie Hebdo. C’est « vendeur » sexy comme ils disent aujourd’hui. Jean Untel, Mireille Tartenpiom ou Babakar el Inconnu, ça cause à personne.Faut vendre un max.

    C’est l’marché mon frère.

    • Thierry Poncet

      Vous me direz, moi non plus, le grand défenseur des anonymes, je n’en ai pas parlé dans la cons-versation… Quel deuil, bordel ! Je me sens orphelin. Des gens comme Cabu et Wolinski ont participé à mon éducation. Ils m’ont rendu un peu plus malin, un peu plus curieux, un peu plus indépendant d’esprit… On les a foutu en l’air, c’est la faute à Voltaire, fusillé Charlie Hebdo, c’est la faute à Rousseau. Ciao les lumières !

  5. Thierry Poncet

    Voilà, ça y est. Val du blog Anachronique Val m’a communiqué les noms. Il s’agit de Mustapha Mourrad, Elsa Cayat, Michel Renaud;, Frank Brinsaro, Ahmed Berabet, Frédéric Boisseau. Six raisons de plus de chialer.

  6. LECHAUVE Dominique

    et moi merde, il me reste le prénom de mon deuxième fils, et oui mon petit con de gamin que j’adore , s’appelle Charlie et il est né en 1992 , et oui je suis depuis très longtemps un inconditionnel et je continuerai de Charlie Hebdo. bande de cons je vous aime, mais en ce moment oui j’ai quand même envie de finir ma bouteille de vin, pour remplacer le liquide sous mes yeux.

Répondre à Oliv Annuler la réponse.